La révérence de l'éléphant

Publié le par Martine

La révérence de l'éléphant

Ce qui m'a d'abord interpellée quand Gilles Paris (que je remercie) m'a proposé de lire ce roman qui sort aujourd'hui aux éditions Charleston, c'est le nom de l'auteure. Laura Trompette. Ajouté à la couv de toute beauté et au titre intrigant, la présentation m'a de suite donné envie d'en savoir plus et l'histoire m'a convaincue.

Marguerite, charmante vieille dame, finit ses jours dans un EHPAD à Cannes. Avec une lucidité qui l'honore, elle sait bien que son passage sur terre va bientôt s'achever. Mais plutôt que d'attendre patiemment que la mort l'emporte et, pire, que sa santé se dégrade, elle voudrait pouvoir choisir son départ pour ce dernier voyage. Ce qui est bien sûr interdit dans notre pays. Mais pas dans d'autres. Comme la Tanzanie par exemple où vit son petit-fils Emmanuel, photographe animalier. Emmanuel qu'elle souhaite revoir pour lui redonner goût à la vie avant de tirer sa révérence, dut elle pour cela se rendre en Afrique. Mais comment envisager un tel voyage à son âge?

L'occasion va se présenter en la personne de Roxanne, elle aussi accidentée de la vie, pour qui elle se prend d'amitié. Dès lors les chemins de Marguerite, Emmanuel et Roxanne vont se mêler, s'emmêler, s'enlacer jusqu'à ne constituer qu'une belle et merveilleuse histoire, douloureuse, tendre et remplie d'espoir.

Après quelques dernières lectures assez lourdes, je me suis plongée avec délice dans celle-ci. Cette histoire, c'est d'abord une écriture, fine, élégante, racée. Prégnante et somptueuse. Des mots, un style qui nous touchent, nous percutent et nous entraînent vers des contrées que l'on n'imagine même pas. 

Cette histoire nous parle de fin de vie, de choix, du refus de l'acceptation, de la cause animale (notamment celle des éléphants de Tanzanie), de volonté, d'addiction, de peur, de tendresse, d'affection et d'amour. Et cela, tout en nuances et subtilité. Comment ne pas s'attacher à Marguerite? Comment ne pas essayer de comprendre ce qui ronge Roxanne? Comment ne pas s'emporter contre ce qui tue les éléphants d'Afrique et risque de causer leur disparition terrestre si on ne s'en préoccupe pas?

Après avoir refermé ce roman, c'est tout ceci et tellement plus encore qui m'habite. Cette envie que le projet de Marguerite aboutisse même si on sait que ce sera le dernier pour elle. Cette affection qu'elle porte à Emmanuel, le drame personnel qui l'a éloigné et qu'elle voudrait l'aider à surmonter en lui redonnant l'envie d'aimer. Cette attention qu'elle porte à Roxanne l'invitant à se confier sans en avoir l'air et devinant les liens qu'elle pourrait tisser entre la jeune femme et son petit-fils.

J'ai reçu cette lecture comme un cadeau, une envie d'aller de l'avant, de continuer, de croire, d'espérer en des jours meilleurs, de vivre tout simplement. Et pour cela, je remercie Laura Trompette qui, malgré son jeune âge, signe ici son huitième roman. Ce qui me laisse présager du bonheur de lire les précédents.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Je ne connais pas, mais j'adore la couverture et le titre est, c'est vrai, intrigant !

PS Tu peux supprimer mon premier message qui est parti tout seul !
Répondre
M
Alors je t'en souhaite une agréable lecture! Message précédent supprimé! ;-)