La rentrée de Tom, bébé secoué

Publié le par Martine

La rentrée de Tom, bébé secoué

Voici un album qui m'a sincèrement émue et je remercie son auteur, Bertrand Gimonet, de me l'avoir proposé en lecture.

Quand Tom, 6 ans, arrive en classe pour la première fois, sa présence ne manque pas de susciter de nombreuses interrogations chez ses petits camarades. En particulier chez Simon auprès de qui la maîtresse a proposé à Tom de prendre place au premier rang.

Il faut dire qu'avec ses béquilles qui l'aide à marcher et ses grosses lunettes qui lui permettent de bien voir, Tom a de quoi éveiller bien des curiosités et des émotions et sentiments diverses dont la plus importante sans doute concerne l'amitié qui se crée quasi immédiatement avec Simon.

Cette histoire s'adresse à tous les enfants qui savent lire seuls mais aussi à leurs parents prêts à répondre à leurs questions et à tenter d'expliquer ce qui ne l'est pas vraiment. Dans son déroulé, le récit de l'arrivée en classe de Tom se révèle très pédagogique. Avec des mots simples, des précisions claires et détaillées, Bertrand Gimonet explique ce qu'est le syndrome du "bébé secoué" et ses conséquences sur les enfants qui le subissent. 

Pas de mélo, ni d'apitoiement intempestif ici. Les faits énoncés en toute lucidité, franchise et honnêteté s'exposent au côté des effets qui s'imposent à ceux qui s'en rendent coupables. 

Magnifiquement servies par les illustrations réalistes, colorées et pétries de douceur de Korrig'Anne, cet album est une pure merveille de tendresse et de complicité pour les enfants en même temps qu'un véritable uppercut pour nos consciences d'adultes.

Maison d'auto-édition Publishroom.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

manou 15/07/2021 10:15

Un sujet jamais traité en littérature jeunesse je pense, en tous les cas, c'est bien d'en parler...et de parler de handicap et de différence, donc de tolérance. Merci de nous le faire connaître

Martine 15/07/2021 16:50

C'est le premier que je lis sur ce thème en effet. Merci pour ta présence, chère Manou