Et encore une!!!

Publié le par Martine

Cette semaine, pas moins de trois chroniques sont parues dans ma rubrique Lu pour vous du Dauphiné Libéré!

Après celle de "L'été des lucioles" de Gilles Paris, aux éditions Héloïse d'Ormesson, publiée mercredi dernier, c'est celle de "L'aube de la Liberté" de Jean Rosset aux éditions De Borée qui a eu les honneurs de notre quotidien régional samedi!

Et la troisième alors? Surprise!!! Mais c'est encore et toujours une très très belle lecture!!! :)

 

L-aube-de-la-liberte.jpg

 

En 1943, le jeune Jean-Luc est collégien à Paris. Mais quand son établissement scolaire est réquisitionné par l’armée allemande, le jeune homme n’a pas d’autre choix que de retourner habiter chez ses parents. Là il a la mauvaise surprise de découvrir que son père, maire de son village et notaire de profession, a accepté de loger chez lui le chef de l’unité allemande en place. C’est en trop pour Jean-Luc qui supporte très mal l’Occupation et ne rêve que d’une France libre. Aussi c’est avec le plus vif empressement qu’il répond à la proposition de son oncle Léon de venir travailler dans sa scierie. Jean-Luc accepte avec d’autant plus d’ardeur que, depuis son plus jeune âge, il voue une affection sans bornes à son oncle, n’oubliant jamais que c’est chez son oncle Léon qu’il a passé ses meilleures vacances d’enfant. Pourtant tout n’est pas simple. La guerre gronde. Les Allemands sont omniprésents et n’hésitent pas à sévir plus que nécessaire. Ce qui renforce encore plus la haine que le jeune homme éprouve à leur égard. Alors quand, par hasard, il apprend que son oncle participe aux premières actions de la Résistance et que, même, il est à la tête d’un maquis, Jean-Luc n’hésite pas une seconde et s’engage à ses côtés. Mettant ainsi sa vie au service de son pays, de la liberté et de ses valeurs morales à ses risques et périls.

Ce roman de Jean Rosset « L’aube de la liberté » est paru aux éditions De Borée. Outre le fait de nous mettre en présence de Jean-Luc, jeune garçon vif et passionné qui refuse de toutes ses forces l’Occupation et l’Occupant, et des événements auxquels il se trouve confronté bien malgré lui et avec lesquels il doit composer, cette histoire nous offre un regard des plus pertinents sur la position et le rôle que tout un chacun a pu tenir au cours de ces années de guerre. Au côté de son oncle, à qui il voue une admiration sans limites, le jeune Jean-Luc se trouve confronté à une question essentielle. Et c’est dans le respect et en parfait accord avec ses idées et sa volonté qu’il y répond, entrant ainsi de plain-pied dans ce difficile apprentissage à la fois de la conquête de la liberté et de sa vie adulte. Ce passage quasi obligatoire, Jean-Luc le vit avec toute la fougue de sa jeunesse. Son caractère déjà bien trempé se consolide et se forge. Non seulement il doit apprendre à gérer ses émotions mais aussi ses ardeurs et son impulsivité. A travers cette superbe leçon d’Histoire, c’est surtout un portrait magnifique que nous brosse Jean Rosset. L’écriture est sobre, alerte et forte tout à la fois. Les situations y sont présentées avec une réalité poignante et démontrent de patientes recherches documentaires nous faisant parfois douter du genre de ce récit. Pourtant c’est bien d’un roman dont il est question ici, un roman d’hommes, d’amitié, de fraternité et de liberté.

 

2014-02-08-10.00.10.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Binchy 13/02/2014 09:24


Je rajoute : faisons tout ce que nous pouvons pour rendre le monde meilleur...

Martine 14/02/2014 08:26



Tu as raison! Résistons!!!



Binchy 13/02/2014 09:22


Je note ce roman qui m'intéresse fortement. As-tu regardez cette semaine l'émission : Histoire immédiate sur France 3 concernant la
Collaboration, http://tele.premiere.fr/News-Tele/Histoire-immediate-Collaborations-ce-qu-en-pense-la-presse-3946424
C'est monstrueux ce qui s'est déroulé dans notre pays. Quand je pense que pendant que des justes luttaient, protègeaient les juifs, d'autres dénonçaient les juifs et les communistes... Souvent
ses propres voisins... Incroyable !!! Et le gouvernement de Pierre Laval, atroce ! Envoyer dans les camps même les enfants! Incroyable ! Les Allemands n'en revenaient pas !!!
Dans une autre émission, j'ai vu une rescapée juive qui parlait et qui disait : "Nous, on faisait confiance étant donné que c'était la police française qui nous conduisait dans les camps, et que
ces camps étaient surveillés par des Français ! Incroyable ! Monstrueux !
Mes deux grands pères ont fait la guerre de 14/18. Si mon grand père maternel en est revenu, mon grand père paternel est mort au combat. Que devait-il penser de là-haut d'un tel comportement
humain !!!
Et en Allemagne, tous ces pauvres Allemand qui ont été exécutés parce qu'ils ne voulaient pas se soumettre au régime hitlérien ! Monstrueux !!!
Et toutes ces lettres de dénonciations qui arrivaient au gouvernement de Vichy, de Pierre Laval à Paris !!!
On ne peut que souhaiter : PLUS JAMAIS CA !
De même que toutes les guerres qui continuent à sévir dans le monde. Si l'on pouvait avoir une baguette magique pour arrêter tout cela...
Allez positivons et chacun à notre niveau effectuons ce que nous pouvons du mieux que nous le pouvons.
Je te souhaite une très bonne journée Martine avec tes élèves et bonnes lectures encore et encore.
Je t'embrasse très fort.
Bernadette. 

Martine 14/02/2014 08:28



Coucou Bernadette,


 


Je pense que tu apprécieras autant que moi ce roman.


La question est de savoir comment nous aurions réagi en de telles circonstances. Je me la suis posée maintes fois et continue de me la poser...


Gros bisous



SYLFAN 11/02/2014 09:10


Euh euh ...suis née en 52 !!! MDR !


biz

Martine 12/02/2014 08:07



C'est bien ce qu'il me semblait!!! Alors pourquoi as-tu connu DEUX guerres?!!!! :)


Gros bisous, Chantal!



SYLFAN 10/02/2014 23:31


Oui bien belle histoire...Mais avec le recul (oui, j'ai vécu deux guerres, tu sais !!!!) tous ces gens se sont faitqs tués pour d'autres qui se gardaient bien de se mettre en avant .... enfin,
vive les héros !


biz

Martine 11/02/2014 07:50



Comme tu dis, ma chère Chantal!


Et non, je ne savais pas que tu avais vécu deux guerres. Je suppose qu'il s'agit de celle-ci et de la guerre d'Algérie?


Gros bisous. Merci et bonne journée!



Pahi 10/02/2014 20:51


Martine, au secours ! Jamais je n'arriverai à lire aussi vite que toi !  :))  Et ce n'est pas l'envie qui me manque...


Et oui, c'est problématique : tu nous présentes tant de livres tellement intéressants ... si tu as un "truc" pour lire vite, va falloir que tu me vendes la mèche !


En tout cas, ce livre ci est également noté ; heureusement que j'ai encore beaucoup de pages dans le cahier MDR


Gros bisous, chère Martine, et bon courage pour la semaine.

Martine 11/02/2014 07:48



Non, ma chère Denise, j'ai pas de truc! Sauf que je pense que plus on lit, plus on lit vite peut-être! Mais j'aime à revenir sur certains passages qui m'émeuvent
particulièrement et garder l'empreinte d'un roman quelques jours avec moi pour ne pas l'abandonner trop vite!


D'où les billets "entre deux"!!! :)


Gros bisous, mon amie, et belle journée!