Marjolaine de Mirabeau, Marseille et la Révolution

Publié le par Martine

Marjolaine de Mirabeau, Marseille et la Révolution

Jamais une rubrique de ce blog n'aura aussi bien porté son nom, Pages d'histoires. Car c'est réellement ce que j'ai ressenti en lisant ce roman, sur invitation de son auteure Michèle Pannetier-Alabert, une page d'histoire au singulier et une page d'Histoire avec un grand H qui nous offre une double immersion dans la vie de Marjolaine, 17 ans, formée à la sculpture sur bois par son père, et dans cette époque trouble, troublante et de profonds bouleversements que fut la Révolution française.

Comme nombre d'entre vous, j'ai beaucoup lu sur la Révolution, que ce soit les lectures scolaires "obligées" ou dans les romans de terroir auxquels je suis particulièrement attachée. Mais, ici, ce qui dénote, ce qui m'a interpellée et ce que j'ai vraiment apprécié, c'est l'intensité du récit et la riche documentation, d'une précision extrême, qui le sert et l'accompagne.

Nous sommes donc à Mirabeau, petit village du Sud de la France où Marjolaine nait et grandit et à qui son père a enseigné l'art de la sculpture sur bois. A tout juste 17 ans, la jeune fille s'apprête à partir pour Marseille pour parfaire sa formation à l'Académie de peinture et de sculpture. Mais nous sommes à la fin des années 1780 et la colère gronde chez le petit peuple. Quand les premières émeutes éclatent, même si certains gardent l'espoir que celles-ci ne seront que passagères et que tout rentrera vite dans l'ordre, il faut bien se rendre à l'évidence et se positionner. La lutte contre la monarchie a commencé et rien ne pourra aller contre.

Cette histoire, c'est celle de Marjolaine, de son art, de ses premiers émois de femme et de son engagement militant qu'elle va déployer au service de la gent féminine, loin de la capitale, dans cette Marseille frappée de plein fouet par les revendications, la violence et la peur.

Moi qui apprécie particulièrement les histoires, destins, de femme, je n'ai pu qu'être touchée et me passionner par celui de cette jeune Marjolaine. Elle est douée, volontaire, passionnée et, peut-être, une des premières à réclamer son indépendance, pour elle et pour ses congénères. Du moins dans cette partie méridionale de la France.

Je vous l'ai dit, ce roman est très documenté. On sent que Michèle Pannetier-Alabert s'appuie sur les plus petits détails pour relater cette période intense et dramatique. Son écriture est ultra précise, soignée, enlevée et d'une belle qualité littéraire. Autant de plaisirs à découvrir ce roman auxquels s'ajoutent de superbes illustrations d'époque. 

Marjolaine de Mirabeau, Marseille et la Révolution
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Pahi 18/05/2021 14:05

Tiens, un titre qui m'intéresse ! Je le note.
Actuellement, je suis plongée dans "La Comédie Humaine" et je me régale ;-)
Gros bisous, Martine, et bel après-midi avec un soleil qui joue à cache-cache et des coups de tonnerre.

Martine 19/05/2021 16:18

Je pense qu'il devrait te plaire effectivement ainsi qu'à ton Cher et tendre. C'est amusant, je relis aussi mes classiques. En ce moment "la petite Fadette" de George Sand. Gros bisous aussi, ma chère Denise. Entre deux averses :-)