Le parfum des grandes vacances

Publié le par Martine

Le parfum des grandes vacances

C'est une histoire douce, tendre et merveilleuse que nous conte Thibault Prugne aux éditions jeunesse Margot. Une histoire de souvenirs, d'affection, d'amour et de devenir.

Cette histoire, Louise, la jeune narratrice, ne sait plus trop quand elle a vraiment commencé. Mais cela importe peu. L'essentiel n'est pas là. L'essentiel, c'est son Pépé Léon, chez qui Louise vient vivre en ces années de guerre. Parce que son père ne donne plus signe de vie depuis trop longtemps, que sa mère est obligée d'aller travailler loin et qu'elle ne peut emmener la fillette.

A la crainte que ce Pépé Léon qui vit loin de tout, à l'abri du monde extérieur, lui inspire succède très vite l'affection, la confiance, le partage. Pépé Léon enseigne mille secrets à la fillette. Et surtout à porter sur le monde et la nature qui l'entoure un oeil nouveau, un regard neuf et attentionné. A voir la beauté du monde dans ce qu'il nous offre de plus insignifiant.

Mais quand elle rencontre celui qui deviendra "son" Gaspard, Pépé Léon se braque, interdit à Louise de le revoir. Ce n'est que quelques temps plus tard que la fillette comprendra pourquoi. Même si, au regard de tout ce qu'elle a vécu auprès de Pépé Léon, il n'est nul besoin d'explication. Juste accepter et grandir, riche de tous ces souvenirs et enseignements.

Il y a une profonde nostalgie dans les mots de Thibault Prugne. Une réalité, une authenticité qui s'éprouvent également dans les illustrations de cet album prenant et émouvant. Un contexte à la fois dur et tendre. Une ode à la nature. Une réflexion sur les conséquences du progrès sur notre environnement. Une amitié qui évolue. Une sensibilité qui s'affirme. Un avenir qui parait tout tracé. Et le passage du temps, de ce qu'on est amené à faire pour simplement vivre, quand ce n'est pas survivre.

C'est une belle histoire que nous invite à lire Thibault Prugne avec de jeunes enfants à partir de 5 ou 6 ans. Pour un doux moment de complicité et d'échanges.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Philippe D 01/04/2021 21:00

Moi, il me manque juste les jeunes enfants...

Martine 02/04/2021 11:20

:-)