Deux amis inséparables

Publié le par Martine

Deux amis inséparables

Me voici de retour ici pour partager ma deuxième bonne nouvelle de ce lundi. Celle-ci concerne la nouvelle "Deux amis inséparables" écrite par ma regrettée Marie-Paul Armand dans son recueil "Nouvelles du Nord" paru en 1998 pour la première édition et en 2009 pour la seconde dans la collection Terres de France des Presses de la Cité.

Comme vous le savez peut-être, la semaine dernière, j'ai rangé mes bibliothèques/étagères de livres car il commençait à y en avoir un peu de partout dans la maison et cela me (et nous) gênait vraiment! La remise en ordre s'imposait donc. Celle-ci s'est accompagnée de redécouvertes d'ouvrages lus il y a longtemps et dans l'univers desquels j'ai eu très envie de me replonger. Ce recueil en fait partie!

Sept nouvelles le composent, toutes plus belles et émouvantes les unes que les autres, et celle dont j'ai envie de vous parler à présent "Deux amis inséparables" est la cinquième dans l'ordre de lecture. 

Carole et Jean-Pierre vivent un bonheur tranquille avec leurs deux jeunes enfants, Anne et Sylvain, dans leur petit pavillon à la campagne du Nord de la France. Carole a mis sa carrière professionnelle de côté pour élever les enfants et Jean-Pierre n'apprécie rien tant que de rentrer chez lui après sa journée de travail, de retrouver sa petite famille, et de siroter un apéritif tout en écoutant les informations à la télé. Une vie parfaite en somme. 

Sauf que ce soir-là un coup de téléphone rompt cette routine bien installée. France, la première épouse de Jean-Pierre dont il a divorcé, s'est tuée dans un accident de voiture et il n'a d'autre choix que d'accueillir chez lui le fils qu'ils ont eu ensemble, Emmanuel. Alors bien sûr le jeune garçon n'est pas un inconnu. Il vient régulièrement chez son père pour des week-ends et lors des vacances. Mais là, la situation est changée. Il faut lui faire une place dans la famille et dans la maison. Ce qui, au contraire de ses enfants ravis d'accueillir leur frère aîné, contrarie assez Carole même si elle s'efforce de ne pas le montrer. Surtout, en plus, qu'Emmanuel ne vient pas seul. Avec lui, Jean-Pierre ramène aussi Pistou, le chien fidèle compagnon de l'enfant. Et Carole n'aime pas les animaux, et en particulier les chiens... Dans ces conditions, la cohabitation s'avère difficile. Emmanuel et Pistou parviendront-ils à se faire accepter si ce n'est aimer?

Quel bonheur de relire Marie-Paul Armand! C'est grâce à elle en effet, à sa façon unique et si particulière de valoriser sa région du Nord que j'ai aimé cette littérature que l'on dit de terroir. Et le fait d'avoir remis la main sur tous ses romans que j'ai acheté un par un m'a littéralement réjouie. Avec tact et délicatesse, Marie-Paul Armand m'a conté des histoires simples, de gens simples, auxquels on peut facilement s'identifier, tout en faisant vivre ou revivre sous nos yeux de lecteurs sa région et son histoire.

Ce recueil et ces nouvelles font de même. En témoigne celle-ci que j'ai eu à coeur de vous présenter car les deux amis en question, vous l'aurez compris, sont Emmanuel et Pistou, et leur lutte pour se faire apprécier, les facéties de Pistou, le chagrin d'Emmanuel, ses craintes face à l'intransigeance de Carole ne peuvent que nous émouvoir. Mais sans mélo, avec douceur et évidence. De l'authenticité à l'état pur et une simplicité à toute épreuve, telle est la force des oeuvres de Marie-Paul Armand à qui cette lecture me permet de rendre hommage aujourd'hui.

Deux amis inséparables
Deux amis inséparables
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

zazy 23/02/2018 15:35

A priori, je ne serais pas alée vers ce livre, mais ta fougue est contagieuse

Martine 23/02/2018 16:55

Tant mieux alors! Marie-Paul Armand est vraiment un excellent écrivain! Merci Zazy

Philippe D 19/02/2018 21:07

Elle est décédée? Je n'en savais rien !
Il y a quelques années, j'ai lu tous ses bouquins. J'attendais un nouveau avec impatience ! Je peux toujours attendre !

Martine 20/02/2018 16:56

Oui, hélas, en 2011. Je ne l'ai appris que récemment et en ai été bien attristée. Il nous reste ses beaux romans à relire...