Le Triptyque : Asphyxie

Publié le par Martine

Le Triptyque : Asphyxie

Ce texte de Clélia Valmont, présenté comme une nouvelle, est avant tout la présentation de la saga de thrillers que l'auteure a écrite. Comme une introduction aux romans, forcément captivants au vu de cette alléchante mise en bouche, que j'espère avoir la chance de lire bientôt.

J'ai retrouvé ici un peu de ce qui me plait tant dans les ouvrages de Michel Bussi. Le fait que l'histoire se déroule à plusieurs périodes sur les 50 dernières années (entre 1956 et 2011), les liens qu'on devine, ou pressent, entre les différents protagonistes, des destins apparemment banals mais qui cachent des drames ou des événements qu'ils ont occultés ou qu'ils préfèrent tenir secrets, un personnage, en l'occurrence Karen, qui les relie sans qu'on sache vraiment comment ni pourquoi. En cela, la fin de ce prologue constitue une belle chute qui nous laisse vraiment sur notre faim et pourrait dès lors s'apparenter à une nouvelle. Même si, pour moi qui en lit très régulièrement, il manque ce petit quelque chose qui fait toute la différence et définit bien ce genre littéraire à part entière.

C'est pourquoi j'associe ce texte d'une dizaine de pages davantage à une introduction avec la mise en place des faits, la présentation des différents personnages, les lieux où ils se trouvent entre la Belgique en 1956 et 2011 et le Zaïre en 1971. Des dates importantes et des pays qui le sont tout autant pour mieux cerner l'intrigue (ou les intrigues) à venir et suivre le fil rouge que Clélia Valmont va dérouler ensuite pour nous.

J'ai beaucoup apprécié ces quelques pages portées par une écriture très agréable, sachant ménager ses effets et aiguiser notre curiosité.

Une auteure à découvrir et une histoire à suivre évidemment. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Clélia Valmont 12/03/2021 11:11

Chère Martine,
Bonjour. Un grand merci pour ta critique et pour ta lecture! Bonne journée, bonnes lectures!
Clélia

Martine 13/03/2021 10:28

Merci beaucoup, Clélia, pour la confiance accordée! Bon week-end!