Jeuditalie : Une pièce rien que pour elles

Publié le par Martine

Una stanza tutta per loro

Una stanza tutta per loro

Parmi les ouvrages commandés chez IBS en décembre dernier, il y avait ce beau recueil, signé Alessio Romano pour les textes et Ale Di Blasio pour les photographies et paru chez Avagliano Editore.

L'idée de ce beau livre est partie d'un constat. Si les écrivains italiens contemporains connus font régulièrement les premières pages des magazines et revues littéraires, qu'en est-il de leurs consoeurs, ces femmes écrivains tout aussi talentueuses et dont les médias, quels qu'ils soient, parlent peu ou presque peu?

Afin de pallier à ce manque, dans une modeste mesure tout de même, proposition a été faite à cinquante-et-unes écrivains italiennes de présenter le lieu habituel où elles écrivent, la pièce dans laquelle naissent leurs oeuvres littéraires que ce soit des romans, de la poésie, des essais...

Et tandis que l'écrivain Alessio Romano recueillait leurs propos, leur demandant également outre le fait de présenter leur lieu d'écriture de préciser quels sont leurs rituels d'écriture et si, pour elles, il existe une littérature féminine ou pas, le photographe Ale Di Blaso réalisait d'elles un très beau portrait dans ce lieu-même où elles passent tant d'heures à écrire, qu'il s'agisse d'un bureau, d'une cuisine, d'une bibliothèque, d'une chambre, à la montagne, à la campagne, en ville, à la mer... nous offrant ainsi par la même occasion un agréable tour des régions d'Italie.

Il en résulte ce très beau livre, au format carré, sur papier glacé, dans lequel cinquante-et-unes écrivains prennent la parole en toute sincérité et se dévoilent sous leur plus bel angle.

Jeuditalie : Une pièce rien que pour elles
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mimi 17/01/2019 08:36

Très belle idée, venue d’un homme ! Grrr ça fait râler quand même !

Martine 18/01/2019 08:42

Je sais bien!!! Par contre je ne sais pas si une telle initiative a été réalisée en France..;Bonne journée, Mimi!