Il corpo racconta

Publié le par Martine

Il corpo racconta

De Giuseppina Torregrossa, j'avais déjà beaucoup apprécié le roman "Les tétins de Sainte-Agathe" lu en français ici. Alors quand j'ai vu son nom en couverture du recueil collectif "La forma dell"amore" qui réunit dix textes d'écrivains publiés dans le magazine, très connu en Italie, Confidenze, cela a fait grandement penché la balance vers l'achat de ce livre l'été dernier lors de nos vacances au bord du lac de Côme. 

Sa nouvelle "Il corpo racconta", je l'ai lue cette semaine et j'en suis encore très émue. 

Rossana est une belle et pimpante jeune fille à la fin des années 1970, qui vit dans un petit quartier de Rome avec ses parents et ses deux soeurs cadettes. Jolie, charmante, elle attire bien des regards dont celui de Mario qui n'hésite pas à l'interpeller (et même plus) bien souvent. Mais pour Rossana, c'est le mariage ou rien! Et ils vont attendre, le temps que la jeune femme se soit occupée de sa mère malade durant ses dernières années de vie, et le fait que ses soeurs se soient mariées avant elle et qu'il lui revient, en tant qu'aînée, de veiller sur son père désormais seul et de l'accueillir dans son nouveau foyer.

Toutes ces contraintes n'enlèvent rien au désir et à la fougue de Mario. Mais cet empressement amoureux dépasse Rossana qui ne trouve de parade que dans la nourriture qu'elle aime cuisiner et dont elle s'empiffre à longueur de journée, au point d'en devenir obèse et difforme, malgré la naissance de sa fille, et toujours dans les silences de son père et, de plus en plus, dans ceux de Mario.

Aussi, le jour où elle se découvre une tumeur au sein, tout bascule. L'ablation de son sein lui fait prendre conscience de ce qu'elle est devenue et la nourriture qui la remplissait jusqu'alors lui fait soudainement horreur. Au point qu'elle commence à fondre et à retrouver son apparence et une silhouette agréable. Mais avec un sein en moins...

Heureusement l'amour de Mario est toujours présent et il ne s'agit plus alors seulement d'une reconstruction physique mais bel et bien de poser les bases d'une réelle relation de couple.

A travers ce court récit d'une vingtaine de pages, Giuseppina Torregrossa réussit le prodige d'aborder des thèmes forts comme la migration (la famille sicilienne qui part au Nord pour trouver du travail), les difficultés d'adaptation, la maladie d'Alzheimer de la mère, la boulimie, et puis le cancer du sein (sujet qu'elle connait bien en tant que médecin gynécologue) et tout ce qui l'accompagne en termes de traitement puis de reconstruction mammaire. 

Et tout ça porté par une très belle écriture, fine, légère et fluide,. Une histoire d'amour comme il en existe beaucoup. Une histoire de relations humaines, entre garçons et filles, entre parents et enfants, au sein du couple. Ce qu'on se dit et ce qu'on tait, par pudeur. 

Un très beau récit, riche d'émotions qui me laisse un doux sentiment d'apaisement et me donne très envie de retrouver la plume de cette écrivain sicilienne le plus vite possible.

Il corpo racconta
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mimi 18/01/2019 08:45

L’amour fait d’étranges ravages parfois...

Martine 19/01/2019 10:56

Hélas, oui! Ou pas... ;-) Bon week-end, Mimi!