Sara che aspetta

Publié le par Martine

Sara che aspetta

Le lundi, c'est aussi l'occasion de partager une "bonne nouvelle", histoire de se donner du coeur à l'ouvrage chaque début de semaine et en particulier quand ce lundi est jour de reprise! Aussi pour cette nouvelle participation, ce n'est pas une bonne, mais une excellente nouvelle que j'ai envie de partager avec vous!

J'ai acheté ce recueil paru chez Nero-Rizzoli "Sbirre" à Milan le 2 août dernier parce qu'il est signé par trois auteurs italiens de polars que j'affectionne beaucoup, Massimo Carlotto, Giancarlo De Cataldo et Maurizio De Giovanni et parce que ces trois longues nouvelles (de quelques 70 pages chacune) mettent en scène trois femmes flics, commissaire, inspectrice, agent ou en lien avec la police. J'ai acheté aussi ce recueil parce qu'il permet, par la voix de son "père" Maurizio De Giovanni, de faire connaissance avec Sara, personnage féminin que l'écrivain a déjà confronté à une enquête dans "Sara al tramonto" (roman que j'ai aussi acheté quelques jours plus tard) et qui tend à devenir un personnage récurrent.

Tout a basculé dans la vie de Sara Morozzi, policière retraitée, depuis ce terrible coup de téléphone reçu au beau milieu de la nuit et lui annonçant la mort de son fils unique, renversé par une voiture lors d'un accident. Depuis, Sara attend. Que le tsunami, qui plane au-dessus d'elle et qu'elle sait inexorable, l'emporte et la brise. Et, dans cette attente, Sara s'attache à reconstituer les faits et événements qui ont constitué ce dramatique accident, patiemment, en les reliant un à un, point par point comme ces dessins d'enfant.

Et en même temps, c'est tout son passé, toute son histoire qui remonte et qu'elle revit. Son engagement dans la police, son mariage, la naissance de son fils, la découverte que son mari la trompe, la rencontre avec le nouveau commissaire, Maximiliano, leur coup de foudre, son divorce en assumant tous les torts et le rejet de son fils qui l'a contrainte à l'abandonner. Tout ceci remonte peu à peu et nous permet de mieux cerner cette femme qui pourrait passer presque transparente, anonyme. Une femme que l'on ne remarque pas. Mais une femme qui souffre. Et une femme à qui la vie offre le dernier bonheur de devenir grand-mère et qui a gardé des contacts avec ses anciens collègues. Ce qui se révèle bien utile au moment de faire le jour sur ce qui, en fait, n'est pas vraiment un accident.

Comment vous dire, j'ai adoré cette histoire. Sara représente un peu tout ce que j'aime dans les romans, policiers et autres. L'histoire d'une femme confrontée à un passé douloureux et qui doit surmonter bien des épreuves pour s'en relever. Face à la mort soit-disant accidentelle de son fils, Sara s'attache à renouer le fil de son histoire familiale, de là où il s'est rompu quand son fils, âgé de 7 ans, lui a crié au visage qu'il ne voulait plus jamais la revoir à cette nuit dramatique où elle est appelée à aller identifier le corps de celui-ci à la morgue avant d'accompagner son ancien collègue chargé d'annoncer la nouvelle à sa compagne et de découvrir que celle-ci, Viola, est enceinte de plusieurs mois.

Que s'est-il passé dans la vie de son fils et pourquoi avait-il pris l'habitude de sortir son chien tous les soirs vers minuit dans cette rue peu éclairée d'où quasiment toute visibilité est absente? Deux questions qui finissent par se rejoindre et dont la réponse est la porte ouverte à toutes les perspectives...

Je compte cette lecture pour La bonne nouvelle du lundi bien sûr et aussi pour le challenge Thrillers et polars chez Sharon.

Sara che aspetta
Sara che aspetta
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sharon 01/09/2018 11:06

Merci pour ta participation ! Une semaine avant le prochain bilan !

Martine 03/09/2018 11:08

:-) Merci Sharon!

Binchy 20/08/2018 14:30

De mon ordi portable je te souhaite une belle semaine. Je lis tes articles sur mon ordi de bureau mais je n'arrive pas à comprendre pourquoi je ne peux te laisser de commentaire !
Je t'embrasse très fort et à très vite.
Bernadette.

Martine 21/08/2018 15:14

C'est un mystère aussi pour moi! Merci pour ta patience! Je t'embrasse très fort