Déconnexion

Publié le par Martine

Déconnexion

Je vous rassure de suite, je ne vais pas me déconnecter. Du moins... pas dans l'immédiat!

Non, "Déconnexion", c'est le titre de la nouvelle de Julie Tremblay que j'ai lue dans le numéro 142 de la revue québécoise Moebius portant sur le thème du ridicule.

Imaginez! Vous êtes une jeune femme, 35 ans ans environ, mariée, mère d'une petite fille et envahie par l'informatique, Internet et ses réseaux sociaux. Et un jour, vous n'en pouvez plus. Vous dites "stop". Et vous vous concoctez un week-end complet de "déconnexion" dans un monastère coupé de tout, ou presque... Avec une seule idée en tête : écrire le livre de votre vie. Vous savez, celui qui couve en vous depuis des lustres et que vous n'avez encore jamais eu le temps d'écrire!

Cette fois-ci, vous y êtes. Accueillie en toute simplicité, vous prenez possession de votre espace réservé pour 48 heures. Téléphone portable coupé, à l'abri de toute connexion possible et tentante, vous ouvrez votre ordinateur et là, horreur! Il n'y a plus rien. Votre ordinateur est vide, vierge, comme neuf. Vous aviez oublié le méchant virus qui l'avait frappé juste avant votre départ et le nettoyage qu'y a effectué votre ami informaticien, le désinfectant de tout! C'est la panique! Adieu vos dossiers. Adieu vos fichiers. Et surtout adieu vos photos et toutes celles prises depuis la naissance de votre fille, vous permettant, si vous les mettiez les unes à la suite des autres, de reconstituer tout le fil de sa jeune vie. Vous en êtes malade de désespoir et ce cas de force majeure vous oblige à rebrancher illico votre téléphone, le temps d'appeler votre ami l'informaticien pour qu'il vous dise s'il a effectué une sauvegarde de votre vie sur écran... ou pas. Et, bien sûr, de l'un à l'autre des événements qui vont se succéder tout au long de ce week-end de "Déconnexion", pas sûr que le résultat obtenu soit celui attendu!

Je vous parlais hier de l'essai de Régine Detambel "Les livres prennent soin de nous". Je peux vous dire que cette lecture-ci m'a fait un bien fou. J'ai ri pratiquement du début à la fin tellement tout s'enchaîne avec une évidence absolue et est décrit d'une manière totalement cocasse et attendue. L'humour, la dérision, l'autodérision dominent et s'imposent avec une facilité déconcertante dans ce texte de Julie Tremblay. Tout est tellement couru d'avance et pourtant on se laisse prendre au rythme de l'histoire avec une fatalité extrême. Tout est trop, mais rien n'est assez. Et c'est tant mieux pour nous!

En ce jour d' "opération douzou", le 12 août j'achète un livre québécois, je ne pouvais pas ne pas vous parler de cette nouvelle, de ses qualités bienfaitrices, bienfaisantes et bienveillantes au possible. Et de son auteur, Julie Tremblay, à découvrir au plus vite. Et aujourd'hui, en particulier!

Déconnexion
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Pahi 13/08/2015 14:45

J'ai procédé à quelques recherches et j'avoue que j'ai dû remonter loin sur mon blog... jusqu'au 23.4.2011 ; mais il ne s'agit pas de Julie Tremblay, mais de Louise Tremblay d'Essiambre. Une saga superbe éditée en Pocket et en quatre tomes :
Tome 1 : Charlotte
Tome 2 : Emilie
Tome 3 : Anne
Tome 4 : Le demi-frère.
Il y a aussi Marie-Bernadette Dupuy à la date du 28.1.2011 sur mon blog.
Je n'ai pas poursuivi mes recherches ; si cela t'intéresse, clique sur "Littérature" dans les Tags de mon blog et tu verras ce qui peut t'intéresser ;-)
Gros bisous et à la prochain, chère Martine.

Martine 15/08/2015 10:41

Merci pour toutes ces recommandations, ma chère Denise! Je prends note de tout! Gros bisous!

Pahi 12/08/2015 13:47

J'ai déjà lu des livres de Julie Tremblay et j'ai beaucoup aimé, mais je ne savais pas qu'elle écrivait aussi des nouvelles. Maintenant, je sais...:)
Gros bisous, Martine, et bon après-midi.

Martine 13/08/2015 11:20

Lesquels, Denise? Je n'en ai trouvé aucun!!! Elle a un style particulièrement savoureux. J'en redemande!!! Très bonne journée à Jean-Pierre et toi. Gros bisous, ma chère Jumelle!