La ville éphémère

Publié le par Martine

La-ville-ephemere.JPG

 

Quand celui qui se fait appeler le Vicomte dans le petit monde fermé des forains s’en va retrouver sa belle Baronne en cette année 1880, il ne sait pas que c’est avec sa propre mort qu’il a rendez-vous. Pourtant c’est bel et bien ce qui l’attend. Il a à peine le temps d’arriver sur le lieu de cette rencontre galante qu’il trouve sa tendre Eloise agonisant dans son sang et qu’il se fait mortellement rouer de coups. Cette affaire étant rapidement classée, la petite vie des forains reprend son cours presque comme si rien ne s’était jamais passé. Aussi lorsque Rodolphe propose une reconstitution de ce double crime comme attraction principale du Musée vivant de la fête foraine de Neuilly cinq ans plus tard, la surprise est de taille. D’autant plus que tour à tour ceux qui ont été témoins de ces assassinats meurent dans des conditions plus que troublantes et sinistres. Faut-il voir ici une vengeance posthume du Vicomte et de sa Baronne ou bien ces morts suspectes sont-elles de toute autre origine ?

C’est ce que nous invite à découvrir Alexandre Suval avec cette « Ville éphémère » parue aux Presses de la Cité dans la collection Terres de France. Outre une incursion fort troublante au sein d’une communauté un peu trop laissée pour compte, la vie intime des forains étant bien trop souvent négligée pour ne garder à l’esprit que les flonflons joyeux qu’ils nous offrent lors des fêtes foraines, l’auteur nous permet également une approche inédite dans le petit monde de l’illusion et de la science et nous entraine en plein suspense. Non seulement l’atmosphère haute en couleurs et animée qui semble régner en maître y est décrite avec minutie, source d’une documentation pointue, mais l’auteur réussit à nous alarmer avec un savoir-faire des plus troublant. Mêlant à merveille des indices bien trop évidents après coup pour nous paraître honnêtes et cohérents, Alexandre Suval parvient très vite à semer le doute dans nos esprits pour ne plus nous donner comme possibilité que de découvrir à ses côtés ce qui s’est réellement passé le soir de ce fameux rendez-vous. Le Vicomte au charme indicible était-il réellement tel qu’on veut bien nous le laisser croire ? Et Eloïse, cette baronne à la conduite apparemment légère, est-elle aussi innocente qu’il y paraît ? Pourquoi s’en est-on pris à elle ? Etait-elle la cible de ce guet-apens final ? Ou bien n’a-t-elle servi que d’appât ? A l’image du Petit Poucet, l’auteur sème ses petits cailloux pour nous interpeller dans le bon sens du terme. Entre l’agitation des soirs de spectacle, la vie grouillante d’activités et incertaine de ces « citadins » particuliers et un besoin de savoir bien légitime, Alexandre Suval nous fait pénétrer dans cette « ville éphémère » avec une subtilité et une maîtrise du genre à couper le souffle. Un pur bonheur de lecture !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S

Un coup de coeur pour moi aussi ! Intrigue extrêmement bien menée, écriture qui se savoure, humour, érudition... vivement le prochain opus de cet auteur !
Répondre
D

il a l'air bien ce livre, je l'ai notais dans ma liste


bises Martine
Répondre
J

Vite, vite, je le cherche dans les bibliothèques que je fréquente. Bien cordialement, Jacqueline
Répondre