Mois italien La maison aux miroirs

Publié le par Martine

Mois italien La maison aux miroirs

Je poursuis mon voyage italien par un saut dans la botte, sur la côte amalfitaine et plus exactement à Positano et ses paysages pittoresques où Cristina Caboni a situé sa nouvelle histoire parue aux Presses de la Cité dans l'excellente traduction de Marie Causse. Ce n'est pas le premier roman de cette auteure italienne, apicultrice en Sardaigne, que je lis et je peux vous assurer que ce ne sera sûrement pas le dernier, que ce soit en VO ou en VF.

C'est à Positano que se trouve la Maison aux miroirs. Là où Milena a grandi au côté de son grand-père Michele et où elle revient dès que son métier de comédienne le lui permet pour passer un peu de temps avec le vieil homme. Là aussi qu'un squelette est retrouvé à l'occasion de travaux d'entretien et de réfection de la grande demeure familiale. 

Alors qu'une enquête est ouverte, Michele est appelé à replonger dans son passé et des souvenirs bien enfouis. Encore plus lorsqu'il évoque le prénom de sa femme, Eva, qui n'a plus donné signe de vie du jour au lendemain. Ce squelette est-il celui d'Eva? C'est ce que l'enquête va devoir déterminer, ainsi que les causes et circonstances du décès et pourquoi son corps a-t-il été caché? Autant de questions auxquelles Milena cherche aussi des réponses n'ayant jamais vraiment connu ni su qui était cette femme, sa grand-mère de naissance américaine dont personne ne prononçait le prénom sauf pour rappeler qu'elle avait abandonné sa famille.

Mais trop de similitudes avec son propre parcours et le besoin de comprendre contraignent la jeune comédienne à s'impliquer plus qu'elle ne le voudrait dans cette plongée dans un passé que Michele a toujours tenu secret au point de l'oublier dans la maladie et ses absences.

C'est encore de beaux portraits de femmes que nous présente Cristina Caboni ici. Celui de Milena bien sûr, partagée entre l'affection pour son grand-père et son besoin de découvrir la personnalité de sa grand-mère dont elle a hérité certains traits de caractère et la même envie de jouer la comédie. Et celui d'Eva, coupée net dans son élan. Une femme qui n'a pas su se préserver, ni faire la part des choses entre sa carrière et sa famille. Une femme qui parait insensible de prime abord et que l'on apprend à connaître. Tout comme le fait Milena à ses risques et périls, entre réalité et cinéma. 

La maison aux miroirs, c'est une histoire passionnante, bouleversante, portée par une écriture des plus prenante, attentionnée et soignée et qui nous enchante par ses paysages colorés, la proximité de la mer et son atmosphère trouble et unique.

La maison aux miroirs ou quand le rideau s'ouvre enfin...

Mois italien La maison aux miroirs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

FondantGrignote 09/05/2021 07:34

Oh tous les ingrédients que j'aime ! C'est drôle, j'étais justement sur la côte amalfitaine avec "Mamma Maria" il y a même pas 15 jours : http://croquerlespages.canalblog.com/archives/2021/05/09/38910868.html
Bon dimanche, Martine !

Martine 09/05/2021 11:15

Tu peux y retourner en confiance avec ce roman de Cristina Caboni. Bon dimanche!

manou 07/05/2021 08:20

Tu me fais vraiment envie avec ce roman...je le note tout de suite ! Merci pour ton enthousiasme

Martine 07/05/2021 11:27

Tu m'en vois ravie! Bonne journée, Manou!

eimelle 07/05/2021 07:14

j'ai beaucoup aimé cette histoire aussi!

Martine 07/05/2021 11:27

J'ai vu, oui :-)

Binchy 06/05/2021 20:05

J'ai déjà repéré ce livre sur la page Facebook des Presses de la Cité. Très envie de le lire et ta chronique m'en donne encore plus envie.
Je te souhaite une douce soirée Martine, un agréable vendredi et je t'embrasse très fort.
Bernadette.

Martine 07/05/2021 11:28

Je ne peux que t'y inviter bien sûr! Gros bisous, Bernadette. Et merci