Le bruit du rêve contre la vitre

Publié le par Martine

Le bruit du rêve contre la vitre

Alors que depuis le début du mois, nous sommes confinés pour la troisième fois, je viens de lire le recueil de nouvelles que publient ces jours-ci les éditions Quadrature dans lequel Axel Sénéquier nous livre douze textes écrits l'an dernier entre le 17 mars et le 11 mai lorsque, pour la première fois, la France s'est arrêtée, nous laissant dans un état de choc et de sidération extrême, pensant à tous ceux qui continuaient dans notre intérêt commun, faisant abstraction du leur.

Dans ces douze nouvelles, Axel Sénéquier évoque diverses situations liées à ce premier (long) confinement en nous mettant en présence de Pélagie qui en profite pour éjecter de sa vie celui qui la ruine, Mathieu musicien qui se confronte au monde hospitalier et à la mort déshumanisée, Victor qui se frotte aux "joies" de l'enseignement à la maison, Sigrid et Alex qui fuient la capitale, Albertine qui craint la montée en puissance des réseaux sociaux au détriment de son magazine de mode, Victor qui mise sur une reconversion professionnelle, Milou qui salue le retour dans la ville endormie des petites bêtes qui l'avaient fuie, Pierre qui profite des applaudissements aux personnels soignants pour glisser des messages d'espoir à ses voisins en toute discrétion, Valentin apprenti boulanger, et Oriane et Adrien qui découvrent, à leur façon, l'art de prendre l'apéritif "en distanciel" comme on dit maintenant.

Toutes et tous nous émeuvent, nous troublent, nous agacent, nous font sourire, nous touchent forcément, chacun dans son adaptation, ou tentative, sa réaction, ce qu'il ou elle déploie ou met en place pour vivre ces quelques semaines hors temps.

Et puis il y a Catherine dans "Marée noire". Comment ne pas être bouleversée par la situation de Catherine? Comment ne pas avoir envie de l'approcher, de lui prendre la main, de la rassurer (et nous en même temps), de l'accompagner? Cette nouvelle et celle qui a donné son titre au recueil "Le bruit du rêve contre la vitre" sont certainement celles qui m'ont le plus remuée, jusqu'aux tripes, ai-je envie de dire. Dans cette dernière, Axel Sénéquier nous fait pénétrer dans une chambre d'hôpital, celle où cet homme, 39 ans à peine, se laisse emporter par la maladie, les rêves et cauchemars qui hantent le coma où il est plongé, ses perceptions du monde extérieur, personnel soignant, médecins ou ses proches qui ne peuvent le voir que derrière une vitre. 

Avec cette nouvelle et celle de Catherine, Axel Sénéquier nous interroge. Qu'est-ce qu'une vie en fait? Un bien précieux qu'il faut conserver, soigner, protéger? Mais dans quelles limites et proportions? 

Je salue la parution de cet excellent recueil, à l'écriture parfaitement maîtrisée, au mot juste, à l'ironie mordante et qui n'en finit pas de nous interpeler en nous confrontant à la nature humaine telle qu'elle est. Un recueil percutant et efficace.

Le bruit du rêve contre la vitre
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Philippe D 25/04/2021 07:46

Je suis en train de le lire. Je ne lis pas les nouvelles toutes à la suite, une entre chaque roman. Je n'ai lu que les 2 premières.
Bon dimanche.

Martine 26/04/2021 10:51

Bonne lecture, Philippe!

manou 19/04/2021 16:26

Le titre est magnifique et d'autant plus poignant quand tu nous parles de la nouvelle éponyme. Le COVID est un sujet qui n'a pas fini de faire couler de l'encre...Merci de nous le présenter, je n'avais encore jamais entendu parler de cet auteur

Martine 20/04/2021 11:28

Effectivement de plus en plus de romans se réfèrent à cette crise sanitaire, je trouve.