Mamma Maria

Publié le par Martine

Mamma Maria

Deuxième roman de Serena Giuliano que je lis, après "Ciao Bella" qui m'avait beaucoup plu, et deuxième lecture sensible, agréable et qui sent bon l'Italie et l'amour de l'Italie.

Ayant compris que Jérôme, l'homme qu'elle aime depuis plusieurs mois n'est absolument pas attiré par son pays d'origine, l'Italie, Sofia, traductrice, est retournée dans son village natal sur la côte Amalfitaine pour se ressourcer et retrouver les siens.

Là, tous les jours, elle rejoint le café tenu d'une main de fer et de tendresse par Mamma Maria, sexagénaire accorte qu'elle considère un peu comme sa mère d'adoption, ses parents étant davantage un couple heureux quand il voyage. Chez Mamma Maria, la convivialité est de rigueur et les habitués savent trouver là la chaleur humaine qui leur fait parfois défaut. Parmi les fidèles habitués, il y a le club des séniors, joueurs de scopa invétérés à qui Sofia se joint régulièrement pour une ou deux parties entre deux chapitres à traduire.

Ce matin, justement, l'un d'eux manque à l'appel. Franco, octogénaire veuf et vivant seul, brille par son absence. Craignant le pire, Sofia décide d'aller voir ce qui se passe et tombe de haut quand elle découvre qu'il a recueilli une jeune femme, enceinte, et son petit garçon, tous deux rescapés d'un terrifiant voyage de fuite et de peur qui les a conduits jusqu'ici.

Dès lors, à l'initiative de Sofia et Franco, une chaîne de solidarité va se créer pour permettre d'accueillir cette jeune mère et ses enfants au mieux. Enfin... si cela est possible. Car la générosité n'est pas la vertu première de nombreux villageois qui ne voient pas d'un bon oeil cette arrivée, Maria compris. Sa générosité légendaire peut-elle n'être qu'un leurre? Ne dit-on pas pourtant que seuls les imbéciles ne changent jamais d'avis. Et Maria est loin d'en être une...

J'avais lu ici et là des avis enthousiastes sur ce roman et ayant bien apprécié le premier de Serena Giuliano, ma curiosité était piquée. Et cette fois encore, je n'ai pas été déçue. Avec beaucoup de talent et de finesse, Serena Giuliano aborde des thèmes difficiles tels que le racisme, la peur de l'inconnu, l'acceptation de l'autre, la solidarité. Des sujets d'actualité en Italie mais aussi dans d'autres parties du monde hélas. Le tout saupoudré d'une bonne dose de tendresse, d'affection, d'amitié qui font chaud au coeur et sont prêtes à nous redonner cette denrée rare : l'espoir. Au rythme des chansons d'Adriano Celentano!.

Editions Le Cherche-midi

Mamma Maria
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Binchy 05/02/2021 20:55

J'ai beaucoup aimé ce livre.
Doux week-end Martine.
Gros bisous.
Bernadette.

Martine 06/02/2021 11:18

On se retrouve toujours en lectures, chère Bernadette! Gros bisous et bon week-end!

manou 04/02/2021 09:17

La couverture est déjà une belle incitation au voyage ! Merci pour cette présentation, j'ai noté les deux titres...

Martine 04/02/2021 15:45

Merci Manou! Et si je te dis que j'ai oublié de dire que cette histoire se lit au son des chansons d'Adriano Celentano, tu me crois?

Philippe D 03/02/2021 20:04

J'ai lu le premier et j'ai bien aimé. Je lirai sûrement celui-ci aussi.
Bonne soirée.

Martine 04/02/2021 15:45

Je crois bien que c'est toi qui m'a fait découvrir l'auteure!