Crime de village

Publié le par Martine

Crime de village

Quand on nous parle de Jules Renard, l'oeuvre à laquelle on pense aussitôt est "Poil de carotte", classique littéraire lu et étudié en classe pour nombre d'entre nous. Ce qu'on sait moins (et pour ma part pas du tout) c'est que l'écrivain a aussi écrit des nouvelles, notamment à ses débuts, à l'image de celle-ci "Crime de village" parue en 1887 et que les éditions numériques Ska ont l'excellente idée de republier en ce début d'année dans leur collection Perle Noire, la si bien nommée.

Introduite par André Lacaille qui nous la resitue dans le temps, son époque, son contexte et son approche littéraire, cette histoire nous emmène dans un petit village nivernais, entre l'Orléanais et la Bourgogne. Là où vivent  deux couples de paysans, les Rollet et les Collard. Ce qui les réunit, ou plutôt les désunit, c'est l'achat d'une vache que Collard marchande à Rollet et sur le prix de laquelle ni l'un, ni l'autre ne veut faire de compromis.

Ce soir-là, une fois de plus, les Collard se pointent chez les Rollet pour essayer de parvenir à une entente. Pensant qu'ils y parviendront mieux loin de leurs épouses respectives et autour d'un verre, les deux hommes partent au café du village, laissant les femmes entre elles. Mais plus le temps passe, moins elles n'ont de sujets de conversation et, le silence aidant la fatigue de la journée, la femme Rollet n'y tient plus et décide d'aller se coucher, invitant la femme Collard à s'allonger près d'elle pour patienter...

Tout d'abord je tiens à dire que cette nouvelle est une pure merveille du genre, de qualité littéraire, d'ironie et d'entente. Les caractères, taiseux, obstinés et sournois de ces paysans sont merveilleusement dressés tant physiquement que moralement. L'ambiance, le drame y sont très justement contés. Sans oublier la condition féminine, tellement négligeable, tellement réduite à rien, que Renard présente si bien, dans toute sa cruauté et sa dérision.

Certes cette histoire est noire, très noire même, et l'à propos nous y prépare avec justesse. Mais en même temps c'est une véritable plongée dans la ruralité de la fin 19e et, vraiment, un pur bonheur de lecture. J'aime!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Jules Renard, nait dans la Nièvre !
Emile Guillaumin, un auteur-paysan nait à Ygrande (allier) !
Répondre
M
?
P
Je suis partante pour lire cette nouvelle. Cette forme littéraire me convient sans doute mieux qu'un roman dans le genre policier. En tout cas, ta critique est bien tentante ;-)
Gros bisous, Martine, et belle journée à toi.
Répondre
M
Ravie de te tenter! Merci Denise et bonne lecture! Gros bisous aussi