Soudain, partir

Publié le par Martine

Soudain, partir

Ce que j'aime dans une lecture, c'est quand elle me parle. En bien ou en mal, peu importe. Ce qui compte, c'est qu'elle me touche, m'interpelle, m'interroge et m'oblige, parfois, à poser un regard différent sur certaines situations. C'est le cas avec cette nouvelle de Frédérique Trigodet "Soudain, partir" parue chez Ska éditeur numérique, collection Noire Soeur.

Frédérique Trigodet, c'est cette nouvelliste dont je vous parle assez régulièrement ici, que ce soit pour ses histoires pseudos romantiques publiées dans le magazine Nous Deux, ou pour ses textes plus sombres, plus durs, qui paraissent justement chez Ska. J'aime sa façon d'écrire, dans n'importe quelle couleur et toujours avec le ton juste, celui qui percute, qui bouscule un peu mais pas trop, juste de quoi éveiller certaine conscience.

Un dimanche soir comme tant d'autres, cette femme tarde à aller se coucher. Devant la fenêtre du salon, face à la nuit qui s'installe, portée par l'odeur de la mer tout près, elle attend en vain que le sommeil arrive tout en se préparant à une nouvelle insomnie. C'est l'heure où les souvenirs remontent. L'heure des bilans forcément gris. L'heure des évidences. Celle aussi des envies subites, de ces impulsions qu'on suit d'un coup, sans se poser davantage de questions. Et advienne que pourra...

Cette femme, ce pourrait être n'importe qui, vous, moi. C'est toutes les femmes en même temps et elle en particulier. Et c'est ce qui fait toute la force de ce récit, aux tonalités si sombres et pourtant si lumineuses. C'est la résignation, l'acceptation, la prise de conscience et l'oreille que l'on se tend, que l'on écoute enfin, parce que ce qui compte vraiment, c'est soi, la personne que l'on est, celle que l'on voulait être, que l'on a brimée, enfermée dans un confort trompeur et étouffant et qui, soudain, se réveille et reprend sa place. 

Avec tact et talent, Frédérique Trigodet nous entraîne dans l'intimité de cette femme et, avec elle, nous ouvre les portes d'un possible, celles de la liberté peut-être, ce n'est pas le plus important. L'essentiel, ici, c'est d'être en harmonie avec ses aspirations profondes et de les assumer. C'est simple et effrayant. Comme la vie?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 20/05/2020 20:33

Je n'ai pas encore rencontré les livres de cette auteure. Celui-ci me semble intéressant...

Martine 21/05/2020 11:16

Il s'agit d'une nouvelle numérique à commander chez Ska éditeur. Merci Philippe

EmmaBovary 20/05/2020 18:22

Je suis ravie de t'avoir emmenée avec moi (et mon personnage surtout) dans cette histoire ! Et il y est bien questions de liberté oui, et de choix aussi. :)

Martine 21/05/2020 11:15

:-)