Arrivederci, Maestro...

Publié le par Martine

Photo prise à l'Institut Culturel italien de Paris le 16 juin 2017.

Photo prise à l'Institut Culturel italien de Paris le 16 juin 2017.

Je vous l'annonçais ici. Depuis le 17 juin dernier, l'écrivain Andrea Camilleri était hospitalisé d'urgence suite à un arrêt cardiaque.

Hier matin, comme ses nombreux lecteurs et lectrices de par le monde, j'ai appris son décès. Un mois plus tard, jour pour jour.

Cette disparition, même si elle semblait inévitable, me cause une profonde tristesse. Mes pensées vont de suite à sa famille, son épouse Rosetta, ses enfants, ses petits-enfants, ses arrières petits-enfants, dont Matilda à qui il a adressé un de ses derniers ouvrages, la magnifique lettre "Ora dimmi di te" (Maintenant parle-moi de toi).

Andrea Camilleri, j'ai parlé de lui et de ses romans à moult reprises sur ce blog. En premier lieu parce qu'il n'est pas sans m'évoquer mon beau-père et les longues conversations que nous avions ensemble.

Mais aussi parce qu'il avait ce talent unique de nous parler de "sa"Sicile, de partager ses pensées, d'évoquer ce que fut et était sa longue vie, lui qui était né sous l'ère fasciste de Mussolini et qui n'a pas hésité à condamner le chemin politique que prend à nouveau l'Italie.

Et bien sûr, parce que c'est sous sa plume savoureuse qu'est né mon cher commissaire Montalbano, à qui le comédien Luca Zingaretti prête ses traits pour la série télévisée du même nom depuis 20 ans et qui lui a adressé hier un magnifique et sincère hommage.

Andrea Camilleri, le Maestro de la littérature italienne, a tiré sa révérence hier matin et, depuis, les témoignages d'amitié, de respect, tous empreints d'une profonde émotion affluent.

De lui, il nous reste à présent une oeuvre littéraire et sociale immense. Une oeuvre que je n'ai toujours pas fini de découvrir et d'aimer et dont je continuerai de vous parler ici pour qu'à votre tour vous lisiez et appréciez à sa juste mesure cette écriture à la fois sensible, honnête, lucide, ironique et empreinte de cet humour unique qui lui apporte toute sa saveur.

Je termine ce billet avec une citation (une parmi toutes celles qu'il nous laisse aussi en héritage) dont je vous donne la traduction:

"Il faudrait comprendre qu'aller au théâtre ou lire un livre n'est pas qu'un simple amusement. En réalité, même si c'est aussi un passe-temps, c'est bien plus que cela. C'est faire grandir les hommes, les citoyens, comprendre le monde, apprendre une quantité infinie de connaissances que nous ignorions. C'est un enrichissement continu." (Andrea Camilleri)

Arrivederci, Maestro!

Arrivederci, Maestro...

Publié dans un peu de moi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

manou 19/07/2019 10:23

J'ai vu ça dans les médias en ligne et j'ai tout de suite pensé à toi, figure-toi. Merci Martine pour ce bel hommage à ce grand homme que tu me donnes envie de mieux connaître. J'irai voir sa bibliographie de plus près dès la rentrée parce que là je suis en vacances et j'ai emportée une valise emplie de livres, plus ce que j'ai téléchargé sur ma kindle. Bonne journée, je ne t'oublie pas même si je suis moins présente

Martine 19/07/2019 16:03

Oh merci Manou! Je suis une inconditionnelle de Camilleri depuis le tout premier roman que j'ai lu de lui, en français à l'époque puis en VO ensuite pour mieux apprécier la saveur de son écriture. Mais tu le sais déjà!
Bonnes vacances et bonnes lectures à toi, chère Manou

Mimi 18/07/2019 12:03

Très bel hommage Françoise ! Et la citation n’est que simple vérité.

Mimi 18/07/2019 12:53

Bien sûr ! Sorry !

Martine 18/07/2019 12:07

Merci Mimi! Juste une précision, mon prénom, c'est Martine!!!!!