Il divo di Ballaro

Publié le par Martine

Il divo di Ballaro

Cette nouvelle, cela fait un moment que je voulais la lire. Depuis que j'ai appris la publication, en mars dernier chez Sellerio, de la première enquête en roman "Stella o croce" de la jeune policière palermitaine née de l'imagination de Gian Mauro Costa, Angela Mazzola. Or, si l'on se fie à l'ordre chronologique, ce roman retrace la deuxième enquête d'Angela Mazzola puisque la première apparition de cette jeune enquêtrice se trouve être dans cette nouvelle "Il divo di Ballaro" (la star de Ballaro) parue dans le recueil "Un anno in giallo" (Sellerio Editore toujours) dont elle constitue l'histoire de ce mois de juillet.

En cette chaude journée du 15 juillet, Angela et d'autres policiers du commissariat où elle travaille à Palerme sont chargés d'assurer la sécurité et la protection de célèbres comédiens américains comme ils le font depuis le début du tournage de ce film grand public. Avec une certaine impatience, tous se réjouissent que ce tournage se termine le soir-même et Angela davantage que ses coéquipiers dans la mesure où à partir de ce soir-là commencera pour elle une semaine de vacances. 

Mais voilà, au cours de la journée, les policiers sont appelés sur les lieux d'un accident causé par un camion, qui se révèle avoir été volé. Si le conducteur du camion est bel et bien mort, les traces de sang trouvées sur le siège côté passager montrent qu'une autre personne se trouvait à bord et s'est enfuie bien que visiblement blessée.

Angela en reste là et part en vacances avec son amie Luisa sur l'île de Lipari. Entre grasses matinées, farniente, séances de bronzage et bains de mer, les deux anciennes étudiantes sortent danser dans les clubs et, très vite, se font accoster par deux jeunes Don Juan avides d'aventures galantes. Et si Luisa se laisse séduire, ce n'est pas le cas d'Angela qui n'a pour l'instant qu'une idée en tête : trouver sa place dans ce métier de policière qu'elle s'est choisie, et n'entend pas s'en laisser distraire. Sauf que, pour l'impressionner, Vito, son chevalier servant, se vante que son cousin, Balduccio, a séduit la vedette féminine du film qui s'est tourné à Palerme, à tel point que celle-ci a emmené le jeune homme avec elle aux Etats-Unis sans lui laisser le temps d'informer sa famille!

Angela pourrait oublier cette anecdote à son retour au commissariat si ses collègues ne lui confiaient pas n'avoir toujours pas retrouvé la victime de ce fameux accident de camion. Dès lors elle commence à s'interroger et décide de mener ses propres investigations. Mais comment le blessé disparu et l'amoureux enfui pourraient-ils être une seule et même personne? Malgré elle, Angela va faire jour sur ce mystère. Et l'explication, simple et banale à pleurer, va, l'espace d'un instant, la faire douter sur le bien fondé de son travail. Mais finalement résoudre des enquêtes ne constitue-t-il pas l'essence même du travail d'un policier?...

Voici une nouvelle venue dans le monde du polar (gialli) italien qui a tout pour me plaire! Sous la plume alerte de Gian Mauro Costa, on fait la connaissance d'Angela, jeune policière de 25 ans, fraîchement diplômée, qui fait ses premiers pas professionnels dans ce commissariat de Palerme. Déjà on comprend que sa vie n'a pas toujours été facile, qu'elle a quelques comptes à régler, notamment avec son père, et que son principal objectif pour l'instant est de prendre ses marques dans ce premier poste. Bien sûr tout ceci est esquissé, Gian Mauro Costa se réservant le temps de nous concocter d'autres histoires. Mais c'est largement suffisant pour m'avoir donné très envie de lire le premier roman consacré aux enquêtes d'Angela Mazzola, "Stella o croce". 

Je compte cette lecture pour le challenge Polars et thrillers chez Sharon et pour Il Viaggio 

Il divo di Ballaro
Il divo di Ballaro
Il divo di Ballaro
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

eimelle 26/07/2018 13:17

intéressant! je note!

Binchy 20/07/2018 21:09

Merci Martine pour cette excellente chronique ! Très bonne continuation et très bon week-end lecture !
Je t'embrasse très fort.
Bernadette.