Le destin d'Alice. Et voici la chronique...

Publié le par Martine

le destin d'Alice

 

Il est parfois des histoires qui semblent toutes tracées, comme écrites à l’avance. C’est ce qu’on appelle le destin, à défaut de lui trouver un autre nom. C’est aussi ce qui va conduire Alice, jeune femme de condition modeste, à connaître le bonheur d’une belle rencontre, d’un amour partagé, et la chute vertigineuse et lourde de conséquences qui va s’ensuivre.

Ce nouveau roman de Patrice Pelissier paru dans la collection Terres de France des Presses de la Cité se déroule sur deux périodes, deux années 1936 et 1946 et nous est relaté par deux voix bien distinctes : celle d’Alice et celle de Joseph.

Tout commence en 1946 à Castillac dans la région bordelaise lorsque Joseph Questin vient assister aux funérailles de Joséphine Dénière, cette femme de bonne famille dont il a été (et est toujours) profondément épris mais qui l’a abandonné pour épouser André Dénière, héritier d’une riche propriété viticole, un parti beaucoup plus en phase avec les aspirations de leurs deux familles. Outre les villageois, Henriette Dénière, sa belle-mère, André et son fils Pierre-Alexandre assistent aussi à ces obsèques sans manifester la plus petite trace d’émotion. Ce qui intrigue beaucoup Joseph et encore lorsque, arrivés au cimetière pour la mise en terre, toute l’assistance découvre avec horreur que la tombe a été profanée ! Pourquoi ?

Retour en 1936. Alice, jeune couturière, vit avec sa tante et sa grand-mère depuis le décès de ses parents quand elle rencontre le jeune et charmant Alexandre Dénière. L’attirance est réciproque et très vite les deux jeunes gens décident de s’unir. Et de s’enfuir en Californie pour passer outre leurs classes sociales différentes. Et cela d’autant plus que la mère d’Alexandre, la maitresse femme et terrible Henriette, lui a déjà arrangé un mariage.

Le bonheur de nos deux amoureux s’achève brutalement lorsqu’Alexandre décède durant la traversée. Contrainte de revenir en France, Alice va devoir affronter bien des tourments…

Ce qu’il y a de bien avec Patrice Pelissier, c’est qu’il est aussi auteur de romans policiers « L’Homme qui en voulait trop » et surtout « Le Testament noir » également parus aux Presses de la Cité. Ce « Destin d’Alice » pour sortir complètement l’auteur de sa ligne d’écriture habituelle n’en est pas moins passionnant à lire. Le rythme d’abord avec des allers-retours incessants entre des deux années et le vide laissé entre elles quand on sait, en plus, que le deuxième conflit mondial est passé par là. Et puis l’enquête que mène Joseph pour savoir qui en veut autant à sa chère Joséphine et pourquoi autant d’indifférence entoure sa mort. Des recherches qui le ramènent toujours vers Henriette, la belle-mère, dominatrice et à l’orgueil démesuré. Alors, qu’a-t-il pu se passer au cours de ces dix ans ? Pourquoi personne ne semble connaître Alice et Alexandre alors que celui-ci était tout de même le frère jumeau d’André, marié à Joséphine ? Bien des mystères à mettre à jour alors que le destin poursuit inexorablement sa route. Et un récit enlevé et du meilleur crû signé par Patrice Pelissier.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B

Comme il doit être bien ce roman ! Tu me donnes envie de le lire TRES TRES VITE !!!


Je te souhaite un adorable week-end lecture Martine.


Un week-end bien au chaud avec un bon livre ou un ouvrage tricot.


Je t'embrasse très très fort.


Bernadette.


P.S. : Merci encore pour ce partage littéraire.
Répondre
M


Comme nous avons des goûts littéraires quasi identiques, je suis sûre que tu aimeras ce roman autant que moi, ma chère Bernadette!


Je te souhaite un très bon dimanche!


Gros bisous


 



P

Coucou Martine,


Va falloir que tu me donnes ta recette pour lire vite et bien-malgré-cela 


Tu es une sacrée tentatrice !


Gros bisous et bonne soirée ;-)
Répondre
M


C'est simplement l'amour des livres!


Gros bisous ma chère Denise!