Onitsha

Publié le par Martine

Me voilà de retour ce soir pour vous parler de ma lecture, ou plutôt de ma non-lecture, pour le Blogoclub. Cette fois-ci, en effet, nous devions lire au choix un livre de Jean-Marie Gustave Le Clézio, Prix Nobel de Littérature en 2008. Et, à mon grand regret, je n'ai pas du tout accroché à cette écriture...
Je ne sais pas ce qui m'a déplu, ou gêné, ou agacé dans ce roman. Le sujet me plaisait bien pourtant. Est-ce mon état d'esprit du moment? Je sais d'expérience qu'il y a des rencontres littéraires qui ne se font qu'en certaines occasions et parce qu'à ce moment-là nous sommes à même de découvrir cet auteur-là.
Toujours est-il qu'après m'être endormie trois fois (oui trois fois! je me suis un peu obstinée quand même! ;o), j'ai fini par abandonner!
Comme je n'aime pas rester sur un échec (et pour moi cette non-lecture en est un), je pense que j'essaierai à nouveau, dans quelques temps, d'entrer dans cette écriture singulière et de belle qualité. Peut-être avec ce roman-ci, ou peut-être avec un autre. Je me fierai aux présentations des autres participantes pour choisir une autre entrée dans l'univers de JMG Le Clézio afin de ne pas rester sur cette mauvaise impression!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
je vais attendre que tu conclues avec ce livre de JMG LeClézio...bizzz
Répondre
M

@ Didime: Je le reprendrai certainement cet été! plus propice... Bizzzzz


A
Je me doute de ta déception de ne pouvoir atteindre le but de lire cet écrivain, je suis sûre que tu finiras par découvrir une oeuvre de lui qui t'encahntera le moment venu!
Répondre
P
je te conseille poisson d'or
Répondre
P
Contrairement à Julien, le début m'a plu. C'est la fin qui m'a laissé de marbre.
Répondre
J
Tu as raison, c'est totalement une question de contexte. Ce n'était pas le moment pour toi pour cette lecture, et il faut une certaine disposition d'esprit pour le lire.J'ai trouvé le texte ennuyeux au début, mais finalement, le déclic s'est produit.J'ai failli passé à côté de quelque chose. Je comprends tout à fait qu'on puisse ne pas aimer ce roman...
Répondre