Review Party : Sospiri a Rosefield House

Publié le par Martine

Review Party : Sospiri a Rosefield House

Chose promise, chose due. Nous sommes le 10 juillet et l'heure est venue pour moi de vous parler du nouveau roman de Joey Elis paru aux éditions italiennes DRI Editore il y a quelques jours. 

C'est dans la superbe et mystérieuse demeure de Rosefield House dans la campagne anglaise que se rend Sebastian Hawthorne, jeune et beau vicomte qui connait malheureusement quelques revers de fortune, en cette année 1870. C'est sur cette même propriété de Rosefield House que vit à présent Evelyn Whitmore, jeune orpheline recueillie par son oncle passionné et talentueux photographe après la disparition tragique de ses parents.

Si Sebastian a quitté la vie londonienne et le dernier lien qui l'y rattachait encore suite au décès de sa mère, c'est aussi dans le but de se refaire une santé financière afin de retrouver la situation et le rang dus à son titre. S'intéressant aux nouvelles technologies, il souhaite en savoir plus sur cette nouvelle pratique qui permet d'immortaliser des personnes sans avoir à subir de nombreuses heures de pose comme la peinture le proposait jusqu'alors et entend bien solliciter Jonathan Whitmore, l'oncle d'Evelyn, pour lui en enseigner tous les rudiments.

Ce que le jeune homme ne sait pas encore, c'est que cet apprentissage ne sera pas seulement à caractère disons professionnel. Malgré lui, la présence d'Evelyn le trouble. D'autant plus que la jeune femme semble détenir un mystérieux secret qui pourrait bien avoir un lien avec la résidence de Rosefield House où lui-même s'est installé...

Je n'irai pas plus avant dans ma présentation préférant vous laisser le plaisir de la découverte de cette histoire romantique à souhait, passionnante et qui contient tous les éléments pour lui permettre de se classer au rang des best-sellers.

Joey Elis, pseudonyme anglicisé d'une jeune auteure italienne, possède un talent certain pour raconter des histoires et captiver son lectorat. Son écriture est très agréable à suivre, plaisante, rythmée, sensible, sachant jouer sur une vaste palette d'émotions et riche d'informations sur les débuts de l'art photographique, la société anglaise à la fin du 19e siècle avec tous ses codes, son aristocratie, ce que l'on peut ou doit faire, et cette envie, plus ou moins prononcée, reconnue, d'en sortir pour seulement écouter son coeur.

Seul petit bémol, malgré ses plus de 400 pages, ce roman historique se lit beaucoup trop vite!

 

 

Review Party : Sospiri a Rosefield House
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

manou 10/07/2020 14:40

Quand le seul bémol c'est que le livre se lit trop vite c'est que c'est une super lecture ! merci de cette présentation...

Martine 11/07/2020 12:23

Je pense aussi ;-) Bon week-end, chère Manou!