Il morto viaggiatore

Publié le par Martine

Il morto viaggiatore

Il est des nouvelles qui sont tellement bonnes qu'on a de suite envie de les partager. C'est le cas avec celle-ci "Il morto viaggiatore" (le mort voyageur) que mon écrivain italien doudou-chouchou, Andrea Camilleri a signé dans le recueil "La capella di famiglia e altre storie di Vigata" (la chapelle familiale et autres histoires de Vigata) paru chez Sellerio.

Quelle n'est pas la surprise pour le sexagénaire sicilien Lillo Palillo, en ce matin printanier de l'année 1950, de découvrir un cadavre devant sa porte à Vigata! Pris de panique et craignant par-dessus tout d'être accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis lui qui, par deux fois, a été condamné et a purgé deux peines de prison successives pour les meurtres de sa femme et de son amant surpris dans son lit, Lillo décide de cacher cet encombrant "paquet" avant d'aller le déposer dans un champ loin de chez lui, la nuit venue, non sans se faire quelques frayeurs au passage.

Dans ce champ justement, au pied d'un olivier, où le découvre à son tour Cosimo, employé de Don Pipinno, qui vient de suite l'en informer. A son tour, bien ennuyé et craignant également d'être accusé à tort, ce dernier confie ce cadavre à son notaire et ami qui en profite pour s'offrir une petite vengeance personnelle en allant l'installer la nuit suivante dans la vitrine du magasin de vêtements que doit justement inaugurer en grandes pompes, Salvatore Germana, le lendemain matin. 

Drôle de mannequin que Salvatore demande à son neveu Gasparrino de faire disparaître contre la grosse somme d'argent que celui-ci ne manque pas de lui soutirer! Mais ce mort bien encombrant n'en finit pas de "voyager". Car alors qu'il effectue sa mission voilà que Gasparrino est victime d'un accident de la route qui lui fait perdre ce cadavre au milieu de nulle part et en pleine nuit. Ce qui rend ses recherches quasi impossibles!

C'est finalement un journaliste et son photographe qui découvrent le malheureux corps sur la route de Montelusa et qui vont avertir les carabiniers non sans avoir rédigé d'abord un scoop pour leur journal interrogeant "qui est ce cadavre inconnu?" La vérité aussi simple soit-elle n'en restera, sous la plume alerte et pleine de tranquille ironie de Camilleri, pas moins drôle et hilarante;

Une lecture que je recommande pour les dimanches soirs synonymes de vague à l'âme renforcé encore après un long week-end gris et pluvieux. Sourires et éclats de rire garantis!

Il morto viaggiatore
Il morto viaggiatore
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article