L'affare Vivaldi

Publié le par Martine

L'affare Vivaldi

Le premier roman dont je vous parle aujourd'hui est paru en Italie aux éditions Sellerio, d'un auteur italien : Federico Maria Sardelli, et je l'ai lu en italien grâce à l'association Lectures Plurielles, qui organise le Festival du Premier roman de Chambéry (73), et sa plateforme Alphalire.

Vivaldi, le compositeur vénitien Antonio Lucio Vivaldi, tout le monde le connait, au moins par ses célèbres "Quatre Saisons". Très prolixe, il a composé de nombreuses autres œuvres, dont certaines n'ont jamais été publiées et même, pour quelques-unes, sont tombées dans l'oubli, passant de mains en mains au fil des siècles, jamais détruites, et réapparaissant mystérieusement dans les mains d'un évêque "pas très catholique" (!!!) sous le régime fasciste mussolinien juste avant le Deuxième Conflit mondial.

C'est cette histoire, cette vérité historique, que Federico Maria Sardelli nous conte ici avec beaucoup de précision, de détails et d'anecdotes. S'appuyant sur des faits réels et authentiques, l'auteur (également musicien) nous offre un récit dense et prenant auquel on ne peut qu'adhérer. Les événements sont connus, ou le deviennent. Les noms liés à l'Histoire nous guident dans notre lecture et les principaux protagonistes s'y accolent et deviennent partie prenante du récit, lui conférant ainsi cette part de romanesque essentielle pour ne pas avoir l'impression de lire un énième livre d'Histoire sur la vie de celui qui fut surnommé le Prêtre roux, il Prete Rosso, à cause de sa flamboyante chevelure, et sur les événements qui se sont déroulés au cours des deux siècles qui ont suivi la mort de Vivaldi jusqu'à ce que resurgissent ces œuvres.

Et c'est réussi. Car non seulement le style de Federico Maria Sardelli est agréable, son écriture aisée, mais on y sent comme une musique, une mélodie. Et on ne peut alors, je n'ai pu alors que tomber sous le charme.

La précision du récit lui confère une aura dramatique et parfois une cruauté difficilement envisageable (j'ai dû vérifier à deux fois certains mots de vocabulaire pour être sûre d'avoir hélas bien compris). Mais telle fut l'Histoire et tels sont le caractère et le comportement de certains hommes (qui, à mon avis, n'ont d'homme que le nom). Heureusement par son style, par le rythme qu'il impose à son roman, qui demeure avant tout un roman, Federico Maria Sardelli parvient à apaiser nos craintes et notre effroi et nous ouvre les portes d'une humanité plus rassurante et réaliste (à mes yeux tout au moins).

Je suis heureuse (et fière) d'avoir lu ce roman dans son intégralité, écrit dans un bel italien, plaisant à lire, et au contenu si riche d'enseignement.

Cette lecture me permet une première participation au Défi Premier roman de Daniel, et challenge Il Viaggio d'Eimelle!

L'affare Vivaldi
L'affare Vivaldi
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

DF 18/04/2016 22:36

Grazie per questa bellissima participazione alla sfida del primo romanzo! Un sujet captivant... et si tu aimes Vivaldi dans les romans, essaie aussi le court mais brillant "Concert Baroque" d'Alejo Carpentier.

Martine 19/04/2016 13:47

Merci Daniel, je retiens ta proposition de lecture! Merci

Florence 18/04/2016 13:49

Tu me tentes beaucoup Martine, même si je croule sous les lectures. Je le note car en juillet, je vais en Italie, où j'aime beaucoup visiter les librairies !

Martine 19/04/2016 13:46

Je te souhaite de le trouver et de le lire. Je l'ai lu sur la plateforme Alphalire et donc ne l'ai pas en mains propres sinon je te l'aurais volontiers prêté!!! Merci Florence!