Le voyage d'Octavio

Publié le par Martine

Le voyage d'Octavio

Déjà mon troisième livre lu pour le Prix littéraire La Passerelle 2016. Emprunté vendredi à la médiathèque, lu hier! Et charmée, encore une fois!

Il faut dire que cet Octavio avait tout pour me plaire et le voyage auquel il nous invite fut une belle découverte pour moi.

Le Vénézuéla, rien que ça! Un pays d'Amérique du Sud, inconnu pour moi. Un pays dur, encore sauvage par bien des aspects. Un pays qui nous écrase et dans lequel il faut se battre sans cesse, ne jamais baisser sa garde sous peine de ne plus exister. Et en même temps un pays au charme pittoresque, avec des paysages magnifiques, des décors incroyables et des habitants au coeur grand et gros comme ça!

Le Vénézuéla, c'est là que vit Octavio de petits trafics au sein d'une bande de "brigands" menée par Rutilio Alberto Guerra. Comme de nombreux Vénézuéliens, Octavio ne sait ni lire, ni écrire. Analphabète, il essaie par tous les moyens à sa disposition de cacher ces carences même si tous ceux à qui il ne veut rien dévoiler ne sont pas dupes. Et en particulier Vénézuéla, cette jeune femme, comédienne, qui, prise d'amitié pour Octavio, décide de lui apprendre l'écriture et la lecture, laissant peu à peu s'installer un doux sentiment amoureux entre eux.

Mais tout se gâte quand Rutilio Alberto Guerra organise le cambriolage du domicile de Vénézuéla. Une initiative à laquelle doit participer Octavio et à laquelle il se dérobe n'ayant alors comme seule perspective que la fuite et de commencer ainsi le "merveilleux" voyage d'Octavio.

Ce roman est court, à peine 124 pages, et il se croque à pleines dents, se lit d'une traite tant l'écriture de Miguel Bonnefoy nous absorbe, nous imprègne et nous engloutit. Ce voyage, on le fait, on le vit à la suite d'Octavio. Dans sa découverte de la langue écrite et lue d'abord. Dans sa découverte de l'amour et du don de soi ensuite. Dans sa découverte de son pays enfin. Un pays qu'il ne connait pas et dont il nous fait découvrir, à notre tour, le charme , les valeurs, les coutumes et les distances.

Je n'en dirai pas plus sur ce roman paru aux éditions Rivages sinon qu'il est à lire. Forcément. Sinon aussi que, sur mes trois premières lectures de ce Prix littéraire La Passerelle 2016, j'ai fait trois belles découvertes, ai rencontré trois écritures subtiles, singulières et différentes mais aussi belles les unes que l'autre et que nos bibliothécaires ont vraiment placé la barre très haut. Un choix vraiment difficile s'annonce pour élire notre Prix des lecteurs pour cette quatrième édition.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laure 24/01/2016 19:13

Mes pensées rejoignent celles de Manika, même si j'ai été moins enthousiaste sur ce livre. Bonne soirée !

Martine 25/01/2016 08:15

Ah oui et pourquoi donc? Merci Laure!

Manika 24/01/2016 14:26

Une belle sélection alors !

Martine 25/01/2016 08:14

Ah oui! Tout à fait! On va se régaler! Merci Manika