Quand le Diable sortit de la salle de bain

Publié le par Martine

Quand le Diable sortit de la salle de bain

Parce que j'ai découvert un auteur vraiment sympathique, agréable, décontractée et très à l'aise pour parler de son roman il y a deux semaines sur le plateau de La Grande Librairie, j'ai eu très envie d'aller un peu plus loin dans la rencontre avec Sophie Divry. J'ai donc emprunté "La condition pavillonnaire" disponible à la médiathèque du Plan (sur mon lieu de travail) et y ai réservé ce fameux "Quand le Diable sortit de la salle de bain" dont elle nous a si bien entretenu sur France 5 et qui a aiguisé ma curiosité.

Ce roman, je viens d'aller le chercher tout à l'heure après mon cours et j'en commence la lecture de suite. D'ores et déjà je sens que je vais passer un excellent moment avec Sophie, cette jeune trentenaire lyonnaise, chômeuse en fin de droit, en panne sèche d'écriture d'un roman (et on devine aisément pourquoi...) qui se débat avec une situation des plus précaire pour ne pas sombrer trop bas. Le tout servi dès les premières pages par un humour féroce et caustique qui a tout pour me plaire!

Et comme nous sommes mardi et que je débute cette nouvelle lecture, j'en profite pour participer à nouveau au Mardi sur son 31 avec Sophie.

Extrait :

"Enfin je me couchai, mais sans parvenir à dormir. J'avais dépensé 22,30 euros au supermarché. Il me restait donc 17,70 euros. A priori je n'avais pas besoin de les dépenser autrement que pour du pain. J'avais donc un peu de large. Le problème était que si je retirais 20 euros dans un distributeur, je me mettrais à découvert. (...)"

Quand le Diable sortit de la salle de bain
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Binchy 24/11/2015 21:59

http://binchy.canalblog.com/archives/2014/12/21/31177946.html

Martine 25/11/2015 07:57

Merci! Je vais aller te lire!

Binchy 24/11/2015 21:55

J'aime beaucoup Sophie Divry qui est venu dédicacer cet ouvrage en décembre 2014 à la libraire indépendante Passerelles de Vienne. Librairie que tu connais.
Tu décris vraiment Sophie comme elle est : charmante ! Bonne lecture, tu vas adorer ce roman.
Doux mercredi à toi.
Bisous Martine.
Bernadette.

Martine 25/11/2015 07:57

Je ne savais pas, ou je ne me rappelais pas, que Sophie Divry était venue à Vienne! Dommage! En tout cas, je passe un délicieux moment avec ce Diable et je vais poursuivre avec La condition pavillonnaire. Merci Bernadette. Bon mercredi et gros bisous!