D'acier

Publié le par Martine

D'acier

Quand j'ai dit aux libraires de la librairie Passerelles à Vienne (38) lors de l'apéritif littéraire du 18 juin dernier que je préparais ce mois italien avec Eimelle, elles m'ont aussitôt mis en mains deux romans en m'affirmant qu'il fallait absolument les lire, que ces deux ouvrages étaient les dignes représentants de la littérature italienne contemporaine. Et elles avaient raison. Pour les deux.

Le premier de ces deux romans (en lectures communes tous les deux pour le mois italien), c'est "D'acier" de Silvia Avallone, paru chez Liana Levi et réédité chez J'ai lu.

"D'acier", ce sont les barres qui garnissent les immeubles en béton de Piombino, petite ville ouvrière de Toscane, où vivent les jeunes Francesca et Anna, 14 ans tout juste, amies d'enfance et "pour la vie", délurées, belles et en prenant conscience, et avides de découvrir le monde, forcément plus beau... ailleurs.

"D'acier", ce sont aussi les usines si proches qu'on peut les toucher, y entrer, y travailler et où travaillent les parents des deux jeunes filles mais aussi ceux de leurs camarades, filles et garçons, et tant d'autres, jeunes ou moins jeunes.

"D'acier", ce n'est sûrement pas ce qu'on devine, à proximité, en face, sur l'île d'Elbe qui se pointe à quelques centaines de mètres de distance sur la mer, bleue, si bleue, si scintillante, cette île si merveilleuse et terriblement inaccessible.

Dans cet univers paradoxal où la laideur d'un quotidien ouvrier, de labeur, de fatigue, de renoncement, côtoie la beauté de cette île si attirante, paradisiaque, grandissent ces adolescents. Anna et Francesca qui rêvent de devenir célèbres, cela semble tellement facile vu de la télé. Les autres filles, leurs copines ou du moins celles qui voudraient l'être et envient leur belle amitié. Et puis les garçons, ces ados prétentieux qui n'en peuvent plus de se donner un genre qui ne leur correspond pas, mais il faut bien éblouir les filles, les "appâter"...

Ce roman, c'est celui d'une jeunesse complètement perdue. Une jeunesse universelle, qui n'est pas l'apanage de l'Italie. Des jeunes garçons et filles qui se cherchent, qui ont du mal à vivre avec le quotidien que leur imposent leurs parents, qui rêvent de célébrité facile et se trouvent confrontés à la vie dans ce qu'elle a de plus dur, de plus brutal, de plus sordide. L'amitié invincible qui lie Francesca et Anna saura-t-elle résister à ces chaos qui remuent leurs jeunes existences et gagner son pari sur leurs vies?

Avec une écriture à la fois brutale et vraie, Silvia Avallone nous offre un récit choc, un récit fort et nous y retient par le regard attentif et attentionné qu'elle-même semble porter sur ses jeunes protagonistes et sur leurs familles. Une certaine tendresse se dégage de ce roman. Une tendresse qui nous prend et nous enveloppe, qui est là pour nous réveiller, nous alerter. On ne peut que se laisser porter, emporter par ce récit, par ce qu'on sent confusément et qui peu à peu prend forme et nous atteint en plein coeur.

Un roman subjuguant que ce "D'acier" qui a également été porté sur grand écran et que j'espère avoir la chance de voir bientôt!

D'acier
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Emma 20/10/2015 07:41

Un titre que l'on a beaucoup vu sur les blogs, cela fait du bien d'en reparler, ça me fait penser qu'il m'attend sagement dans ma bibliothèque.

Martine 21/10/2015 08:02

Alors ... yapluka!!! :-) Bonne lecture, Emma!

Binchy 19/10/2015 18:50

Je note, je vais le lire. Merci Martine pour cette excellente critique !
Je te souhaite une douce soirée lecture et à très vite.
Je t'embrasse très fort.
Bernadette.

Martine 23/10/2015 11:28

Super, Bernadette!!! Bonne lecture! Et gros bisous!!!

Binchy 22/10/2015 22:54

Ca y est, c'est fait Martine ! Je l'ai "trouvé" à "ma" librairie adorée...! En poche tout comme toi !
GROS GROS BISOUS.
Bernadette.

Martine 21/10/2015 08:03

Tu sais où le trouver, Bernadette!!! Je te souhaite une très bon mercredi! Merci pour tes relais sur Facebook! Je t'embrasse très fort!

claudialucia 19/10/2015 18:00

Je vois que vous êtes toutes (et tous) enthousiastes! je viens de lire plusieurs critiques! Titre à retenir donc!

Martine 21/10/2015 08:04

Je pense qu'on ne peut pas ne pas le lire! Merci à Eimelle pour cette belle découverte! Et bonne journée!

eimelle 19/10/2015 17:23

un texte très fort que je suis ravie d'avoir découvert!

Martine 21/10/2015 08:05

Et moi je te remercie de me l'avoir fait découvrir! Bon mercredi, Eimelle!