Ceux du château, Ceux du moulin

Publié le par Martine

Ceux du château, Ceux du moulin

J'ai lu ce roman, il y a déjà plusieurs semaines mais je n'avais encore pas pris le temps de vous en parler. Pourtant il le mérite amplement! D'une part, parce qu'il est signé Hélène Legrais, auteur talentueuse dont je vous parle régulièrement sur ce blog et d'autre part, parce quece roman paru dans la collection France de toujours et d'aujourd'hui des éditions Calmann-Lévy, est une petite merveille du genre! Roman du terroir, à coup sûr il l'est, et parmi les meilleurs!

Deux familles vivent à Saint Laurent du Cerdan dans les Pyrénées-Orientales à la fin du 19e siècle. Celle de Laurent, pauvre, qui n'a pas les moyens d'offrir des études au jeune homme. Celle de Sennen, aisée, dont la famille dirige une usine de fabrication de clous et qui devra succéder à son père. Mais autant Laurent est beau garçon, séducteur, dégourdi, arrogant, autant Sennen se révèle plus commun, timide, maladroit, vouant une extrême obéissance à son père. Le seul point commun qui les relie est l'amour que tous deux portent à la jolie Marthe. Aussi lorsque celle-ci choisit d'épouser Sennen, Laurent tombe de haut et par dépit épouse à son tour Montsé, fille aînée d'une famille immigrée espagnole.

Vous l'aurez compris, dès lors, la rivalité entre les deux garçons va s'aggraver et se perpétuer à leur descendance. Car Sennen, sur la volonté de son père, a appris la fabrication des espadrilles, ce qui lui vaut d'accroître son patrimoine et de se ranger définitivement dans le quartier des notables, ceux du château, tandis que Laurent va continuer à vivre de peu et notamment de la taille des châtaigniers et rester dans le quartier d'en bas, ceux du moulin. Mais bien sûr nul destin n'est jamais définitivement tracé et la roue finit toujours par tourner. Avec des camarades syndicalistes, Laurent va créer une coopérative sandalière pour mettre en danger la supériorité des fabricants d'espadrilles de la région, parmi lesquels se trouve justement Sennen. Mais n'est-il déjà pas trop tard?...

Je vous l'ai dit. Ce roman est un petit bijou de lecture. Par son sujet : la rivalité amoureuse, par son propos : la fabrication et le commerce des espadrilles dans cette belle région pyrénéenne, mais surtout par son déroulé qui couvre plusieurs décennies. Il me semble (mais je peux me tromper) que c'est la première fois qu'Hélène Legrais déroule une histoire sur plusieurs générations et elle y réussit à merveille.

Sous sa plume très documentée, on suit l'évolution de ces deux familles mais aussi de ce commerce, de sa création à sa perte de vitesse voire presque sa disparition en France face à la concurrence venue d'ailleurs. Et c'est très instructif!

Pour ma part, j'ai eu grand plaisir à retrouver le style alerte et dynamique de l'auteur, sa façon unique de nous conter une histoire, en y saupoudrant un peu de romance, une bonne part de réalisme et d'authenticité, du rythme et surtout des émotions toujours parfaitement distillées.

Une belle réussite encore que ce roman "Ceux du château, ceux du moulin" à porter au compte d'Hélène Legrais.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Binchy 01/07/2015 22:05

Tout comme toi, j'ai adoré ce roman. Le premier reçu en avant première... mais tu le sais...
Je suis très en retard dans la lecture de tes chroniques Martine mais je ne t'oublie pas, tu le sais aussi.
Je te souhaite un bel été, beaucoup, beaucoup de lectures encore et toujours et à très vite.
Je t'embrasse très fort.
Bernadette.

Martine 02/07/2015 11:09

Merci beaucoup, Bernadette! J'espère que tu ne souffres pas trop de la canicule et que tu arrives à lire... au frais! Belles lectures à toi aussi! Bonne journée et gros bisous

LeSCRAPdeVal 29/06/2015 22:04

Et zou dans le carnet des lectures de l été..merci pour le partage,bisous

Binchy 02/07/2015 11:46

Oh oui Martine, cela va. Je lis sous mes arbres, on y est bien. Je t'embrasse encore très très fort.

Martine 30/06/2015 08:02

Tu vas aimer! C'est sûr! Bises, Val!