En haut du poteau

Publié le par Martine


Tout d'abord je vous remercie pour tous vos souhaits de bon anniversaire de mariage! C'est très réconfortant et cela fait d'autant plus plaisir! Merci!
Ensuite le roman dont je veux vous parler aujourd'hui s'adresse en priorité aux jeunes mais se lit aussi très bien à l'âge adulte! La preuve: moi! Et j'ai bien aimé!
Simon est bien à plaindre. Sa grand-mère commence à souffrir des méfaits de la maladie d'Alzheimer, sa mère est très mal vue par leurs voisins qui la trouvent beaucoup trop "excentrique" (et c'est rien de le dire!). Et en plus de tout ça, il n'a jamais connu son père, ce qui développe chez lui une propension à s'en inventer un (de père) chaque jour différent mais toujours au destin héroïque.
Quant à Bjornar, sa situation n'est guère plus enviable. Il se retrouve bien désemparé lorsque sa mère, avec qui il vit seul, doit s'absenter quelques jours sans lui donner la moindre explication. Et pourtant, à la voir de plus en plus fatiguée et se nourrissant chaque jour un peu moins, il se doute bien qu'elle ne s'absente pas par plaisir.
L'explication attendue et redoutée va lui être apportée par Simon justement. Alors que Bjornar le taquine une fois de plus sur les "folies douces" de sa mère, celui-ci ne trouve rien de mieux à faire que lui asséner que "sa mère va crever!" Le choc est rude pour Bjornar et, alors qu'il ne s'y attend pas, Simon comprend qu'il est allé trop loin. La prise en compte de leurs situations respectives va alors rapprocher les deux garçons qui, pour échapper, à leur lourdeur familiale respective vont avoir envie de se créer un univers à part, un petit monde rien qu'à eux, où nul chagrin, nulle douleur, nulle moquerie intempestive ne pourra les atteindre. Ce petit paradis, les deux complices vont vouloir l'aménager en hauteur "en haut du poteau". Comme si le simple fait de s'élever allait créer une distance avec tous leurs problèmes.
Je le disais au début de ce billet. J'ai bien aimé ce roman de Bjorn Ingvaldsen pour l'approche de l'adolescence et de sa vision du monde qu'il nous dévoile. Malgré quelques passages un peu crûs, voire violents (les jeunes entre eux ne sont pas tendres!), ce texte est empreint d'une poésie toute en délicatesse. L'imaginaire de ces deux garçons est développé à l'extrême et on se laisse prendre à leurs côtés au jeu du "Si" possible. C'est doux, on y rêve et on avance avec eux du mieux qu'on peut. Un bon roman à partager.
Lu pour mon challenge ABC lettre I.

Publié dans lectures jeunesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zazimuth 13/09/2008 20:35

Cette collection de l'Ecole des Loisirs sait aborder des thèmes graves avec justesse.

nathalie 12/09/2008 11:14

Hop, je note... :-)Bon WE à toi.

CITRON VERT 12/09/2008 08:32

merci de ton com sur mon blog, je suis très contente de nos échanges enrichissants , je lis certains livres dont tu parles et vice-versa ....c'est chouette !bonne journée aujourd'hui vous allez voir des coussins customisés .

Sylvie 11/09/2008 20:52

ça m'a l'air intéressant! merci