Le corbeau d'Oxford

Publié le par Martine

Le corbeau d'Oxford

On délaisse un peu l'Italie et sa dolce vita pour rejoindre l'Angleterre et Oxford, ce matin. Et en particulier l'Angleterre et Oxford en janvier 1960 où, sous la plume enlevée de Faith Martin, je viens de faire l'agréable connaissance de la jeune policière stagiaire Trudy Loveday et du coroner et ex-médecin légiste Clement Ryder.

Alors qu'elle s'ennuie dans des tâches et des missions du quotidien qui ne lui valent que des mésaventures et des réflexions désagréables de la part de ses collègues masculins qui trouvent inouïe et complètement farfelue la présence d'une femme dans leur commissariat, la jeune stagiaire Trudy Loveday est mandatée par son supérieur pour accompagner le docteur Ryder, coroner qui souhaite rouvrir l'enquête sur le décès déclaré accidentel de Gisela Fleet-Wright 5 ans plus tôt, quelque chose dans sa lecture des procès-verbaux dressés à l'époque lui semblant suspect et à vérifier.

Or il se trouve que, juste avant son décès, Gisela venait de rompre avec Jonathan McGillicudy jardinier paysagiste employé par ses parents. Lequel avait donc démissionné et le même homme qui vient d'être mystérieusement assassiné, une enquête que le capitaine Jennings, supérieur de Trudy, doit résoudre. 

D'autant plus qu'il s'avère très vite que Jonathan était le fils illégitime de Sir Marcus Deering qui, depuis quelques temps, reçoit des lettres anonymes le menaçant de payer pour sa faute sous peine de représailles envers son fils.

Un sac de noeuds bien difficile à démêler entre passé et présent, pistes qui se recoupent pour mieux se séparer, et pourtant réunies par un seul et même lien. Mais qui saura le trouver?

Parue chez Harper Collins Noir, cette enquête m'a vraiment intriguée et passionnée de bout en bout. Outre le fait d'y rencontrer deux personnages que tout oppose, l'une jeune et enthousiaste, pressée de montrer ses talents d'enquêtrice, et l'autre, un peu bougon, inquiet pour sa santé, méticuleux et exerçant son rôle de coroner avec le plus grand sérieux, les différentes pistes proposées sont toutes plus probables les unes que les autres. On y croit à chaque fois et on partage d'autant la déception de Trudy dont le docteur Ryder tempère ainsi les ardeurs. 

L'écriture est vive et dynamique, l'intrigue est menée tambour battant et vraiment bien ficelée. Le tout saupoudré de ce légendaire humour british, pince sans rire, qui me plait de plus en plus.

Vous dire que j'ai adoré cette histoire est un euphémisme. La preuve je viens de réserver la seconde enquête de ce duo improbable à ma médiathèque!

Lecture que je compte pour le challenge Polar et thrillers chez Sharon.

Le corbeau d'Oxford
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pahi 23/10/2020 22:26

Voilà qui me plairait bien !
Gros bisous, Martine, et bonne nuit ;-)

Martine 24/10/2020 12:46

N'hésite pas! Bonne lecture et gros bisous, ma Jumelle! Bon week-end