Minuit sur le canal San Boldo

Publié le par Martine

Minuit sur le canal San Boldo

Lors d'un repas de bienfaisance organisé par sa belle-mère, la comtesse Fallier, pour le compte de son amie, la comtesse Lando Continui, le commissaire Guido Brunetti est sollicité par cette dernière pour enquêter sur l'accident survenu à sa petite-fille, Manuela, 15 ans plus tôt. Tombée dans le canal San Boldo alors qu'elle avait une peur bleue de l'eau, cet accident par noyade a sérieusement endommagé son cerveau et ses capacités cognitives, la faisant reconnaître comme handicapée. Par-delà le légitime sentiment de pitié éprouvé vis à vis de cette jeune femme de 30 ans et la demande de sa grand-mère qui veut savoir la vérité avant de mourir, Brunetti fait en sorte de rouvrir l'enquête conduite par ses confrères de la police de l'époque.

En effet le témoignage de l'homme, en état d'ébriété il est vrai, qui a sauvé Manuela d'une noyade assurée et a assuré que quelqu'un l'avait poussée dans l'eau n'a pas été pris en compte dans les investigations, de même que certains éléments concernant la vie-même de la jeune fille, sa relation avec sa mère, ses absences répétées en cours, le fait qu'elle s'isolait de plus en plus, ne rendant pratiquement plus visite à sa grand-mère... Est-il possible alors que cet accident ait été une tentative de meurtre? Ou cet accident a-t-il eu lieu à un moment où Manuela n'avait plus conscience d'elle-même, étant peut-être sous l'emprise de drogues? Ce qui est sûr en tous cas, c'est que la curiosité et l'esprit de justice de Brunetti sont éveillés et qu'il va n'avoir de cesse de faire le jour sur cette dramatique histoire.

Même si, chez lui, sa fille Chiara l'alerte sur les agissements "brutaux" qu'emploie certain migrant faisant la quête et demandant de l'argent uniquement aux jeunes filles à la sortie du lycée.

Même si, au bureau, la signorina Elletra s'inquiète de certaines "infiltrations" dans le système informatique de la questure...

Ce qui domine dans ce dernier opus des enquêtes du commissaire Brunetti, c'est encore et toujours Venise. Venise et ses canaux, ses palais, ses logements que la comtesse Lando Continui s'efforce de restaurer et de rendre accessible aux jeunes familles vénitiennes grâce aux mécénats qu'elle suscite auprès de riches entrepreneurs. Venise et ses touristes de plus en plus présents et occupant l'espace sans toujours le respecter. Et Venise aussi en prise avec l'arrivée de nouveaux migrants, qui ne ressemblent en rien aux "vu compra" auxquels la Sérénissime a fini par s'habituer et qui font désormais partie du paysage.

Bref, encore une fois, Donna Leon fait mouche et nous offre, avec cette nouvelle enquête, un roman d'excellente facture que les éditions Calmann-Lévy ont vraiment raison de publier en France. On y retrouve un commissaire plus mûr, plus raisonnable, plus ... sage?, toujours, si ce n'est plus, amoureux de sa chère Paola et attentif à l'éducation de ses enfants, Raffi et Chiara. Un bon mari, un bon père et surtout un homme épris de justice, un fin limier qui n'a toujours pas fini de nous passionner. 

Lecture commune lue pour la Semaine italienne avec Eimelle, Florence

Minuit sur le canal San Boldo
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Valérie 23/10/2017 20:08

Il y a longtemps que je n'ai pas lu Donna Leon mais j'ai l'impression de l'avoir toujours trouvé sage Brunetti. Il change de ces flics alcooliques, qui broient du noir... Il me plait.

Martine 27/10/2017 15:45

Il est unique. C'est ce qui fait tout son charme :-)

eimelle 22/10/2017 16:48

il a lancé de façon idéale cette semaine italienne!

Martine 23/10/2017 10:20

On pouvait pas rêver mieux! Merci Eimelle

Florence 22/10/2017 16:31

J'ai beaucoup aimé cet épisode également et je suis entièrement d'accord avec toi. J'ai encore plus ressenti la "présence" de Venise que d'habitude. J'ai trouvé que la ville prenait plus d'importance que l'enquête elle-même et cela m'a beaucoup plu. Merci pour cette idée de LC. Je suis ravie de l'avoir lu !

Martine 23/10/2017 10:21

Et moi je suis ravie de l'avoir faite avec toi et que nous nous retrouvions ainsi sur cette lecture vénitienne! Merci Florence!