Ma Reine

Publié le par Martine

Ma Reine

Troisième lecture faite pour le Prix littéraire de notre médiathèque La Passerelle et, enfin, un premier "j'aime" à afficher!

Premier roman de Jean-Baptiste Andrea, "Ma reine" est paru aux éditions de L'Iconoclaste.

En 1965, dans la vallée de l'Asse dans les Alpes de Haute-Provence, Shell est un jeune garçon de 12 ans pas tout à fait comme les autres, avec ses rêves plein la tête, ses envies, ses idées parfois drôles, parfois surprenantes, toujours inattendues. Il vit dans la station-service que tiennent ses parents au bord d'une route un peu à l'écart de tout et où il aime faire le pompiste (d'où son surnom) dès qu'une voiture s'arrête, lui qui ne va plus à l'école à présent. C'est son monde et il s'y sent bien. Jusqu'au jour où il surprend une conversation entre son père et sa mère et son monde bascule.

Sans le faire exprès, Shell a failli provoquer un incendie dans la station-service. Et ses parents, qui commencent à vieillir et pensent d'ailleurs à se mettre en retraite (en retrait?) très bientôt ont eu peur, encore une fois. Pour lui, pour eux, pour les clients. Cette fois est sans doute celle de trop et ils envisagent sérieusement de placer le jeune garçon dans un établissement adapté à sa situation. Ce que Shell qui apprécie tant sa liberté de mouvement ne peut absolument pas envisager. Alors, quitte à partir, il part. Sans savoir où, ni comment il va se débrouiller, simplement pour que ses parents ne parlent plus de lui comme ils l'ont fait, pour leur montrer qu'ils peuvent encore lui faire confiance. Il part comme on part à la guerre, croit-il. Pour se prouver et prouver aux autres qu'il est un homme.

On pourrait penser dès lors que le pire va arriver. Or il n'en est rien! Bien au contraire! Car, à peine a-t-il franchi la première des montagnes qui se dressent sur sa route qu'il rencontre Viviane, une jeune fille qui lui affirme être une reine à qui il doit désormais obéir sans discuter. Et de fait Shell ne se pose pas de questions. Si Viviane "sa' reine, qui se présente à lui chaque matin et porte étonnamment le même prénom que la fée de Merlin, lui demande de faire quelque chose, il le fait tout de suite. Se mettant ainsi parfois dans des situations délicates, cocasses, mais dont il se sort toujours, n'imaginant pas un instant pouvoir échouer et décevoir "sa" reine!

Sur cette montagne, dans l'espace qu'il s'est aménagé un peu comme un refuge, Shell rencontre aussi Matti, un vieux berger taciturne, renfermé, qui parle seulement quand il l'estime nécessaire et avec qui une relation singulière va s'instaurer, entre affection, amitié et bienveillance.

Je vous l'ai dit en intro, j'ai beaucoup aimé cette lecture. La façon dont Jean-Baptiste Andrea aborde la question de l'autisme m'a beaucoup émue. J'ai aimé cette liberté omniprésente, dans la tête de Shell, dans sa façon d'être, dans ses actes, y compris quand il "obéit" à Viviane, cette jeune fille également différente, réelle ou irréelle, qui insidieusement lui montre la voie à prendre. J'ai aimé les propos échangés avec Matti, un homme étrange lui aussi, habitué à vivre seul au contact de cette nature, au caractère à la fois sauvage et d'une grande sagesse.

Ce roman, c'est celui d'un devenir. C'est aussi une ode magnifique portée à la Provence, cette région qui sent bon les vacances, le soleil, cet état d'esprit spécifique qui nous fait tout oublier, et qui nous fait penser que tout est possible, y compris l'impossible...

Ma Reine
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

manou 13/02/2018 09:24

Un beau livre que je note pour essayer de le trouver. Il me tente beaucoup. Merci de nous le faire connaître

Martine 13/02/2018 12:08

J'espère que tu pourras le lire. C'est un très beau roman! Merci Manou!