Une odeur de gingembre

Publié le par Martine

une-odeur-de-gingembre.jpg

Retour aux livres et à la lecture aujourd'hui avec cette Lecture commune de "Une odeur de gingembre" d'Oswald Wynd, proposée  par Anjélica.

L'histoire commence en 1903, l'année où Mary Mackenzie embarque pour la Chine pour épouser Richard Collinsgsworth, attaché militaire britannique. Outre une vivacité d'esprit et un sens de la répartie qui la condamnent d'emblée, Mary n'hésite pas à se lier avec un officier japonais dont elle tombe enceinte! Rejetée par son mari, elle fuit au Japon dans des conditions périlleuses et souvent dramatiques.

Ce récit, Oswald Wynd s'attache à nous le faire découvrir à travers le journal intime de Mary, en alternance avec les lettres que la jeune femme adresse à sa mère restée au pays ou à sa meilleure amie. Ainsi on s'approprie peu à peu son instinct de survie dans une culture totalement étrangère. On partage sa motivation à s'intégrer par la seule force de son courage et de son intelligence. Et surtout on s'imprègne de cette culture asiatique tellement éloignée de la nôtre dans ses rites, us et coutumes.

Dire que j'ai apprécié ce roman serait peut-être un peu facile. J'en ai aimé le rythme et la cadence. J'ai découvert avec une curiosité grandissante et de nombreuses interpellations cette période de début du 20ème siècle, la condition féminine et la mise au ban publique et définitive à laquelle toute femme de "la bonne société" était susceptible d'être confrontée du jour au lendemain. J'ai désapprouvé fortement cette atmosphère lourde et pesante de la vie militaire. Mais j'ai encouragé la lucidité dont fait preuve Mary à plusieurs reprises. Avec elle, pas d'atermoiements, aucune hypocrisie. Elle ne nous cache rien de ses difficultés, ni de ce qui la trouble ou l'émeut. Peut-être est-ce du sans doute à la façon dont ce roman est écrit entre confidences dans un journal intime et les petites choses plus ancrées dans son quotidien que Mary ne pose pas dans son journal mais confie à sa mère. En tous les cas, "Une odeur de gingembre" reste un roman que j'ai eu plaisir à découvrir grâce à cette Lecture commune, et j'en remercie Anjélica, mais qui  ne me laissera pas forcément un souvenir impérissable. Et c'est peut-être dommage...

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jacqueline capt 28/02/2011 10:25



J'ai très envie de le lire. Je vais vite aller voir si il se trouve dans une des bibliothèques que je fréquente. Sinon, je vais une suggestion d'achat. A bientôt, Jacqueline



Martine 01/03/2011 08:01



Bonjour Jacqueline,


Je vous l'apporte jeudi!


Bonne journée!


 



anjelica 27/02/2011 20:56



Une découverte en demi-teinte pour moi aussi alors que ce fut un coup de coeur pour Manu et Zazimuth. C'est toujours étonnant pour moi, ces ressentis si différents pour un même livre mais c'est
ce qui fait la richesse de nos échanges et de ces lectures communes par exemple !



Martine 28/02/2011 06:56



Oui, j'ai lu ton avis, Anjélica! Mais comme je l'ai dit, sans cette Lecture commune, je ,ne l'aurais certainement jamais lu et cela aurait été bien dommage! Alors
merci! ;o) et bonne journée! Bises