Les amours de la Grenouille

Publié le par Martine

Amours-de-la-grenouille.jpg

 

La Grenouille, c’est Lise, l’espiègle fillette à la répartie facile, rêveuse et amoureuse des mots que nous a présenté Elise Fischer déjà pour le compte des Presses de la Cité dans « le rêve de la Grenouille ». Lise a bien grandi et la voici à présent aux portes de l’adolescence. Toujours volontaire, toujours en proie à la malice gratuite de sa jeune sœur surnommée « La Fouine » et surtout toujours sous l’emprise de ses parents Poulette et Riri, eux-mêmes sous celle de la grand-mère Fine, à qui elle doit obéissance et servitude au moins jusqu’à sa majorité, même si le sérieux de la jeune fille s’avère irréprochable et que cette majorité ne sera acquise qu’à l’âge de… 21 ans. Nous sommes en effet au début des années 60 et beaucoup de choses ont encore la rigidité de l’après-guerre, notamment en matière éducative !

Au fil des pages de ce roman à forte teneur autobiographique, le lecteur accompagne Lise dans ses années au collège, son immense déception de ne pas pouvoir poursuivre ses études jusqu’au baccalauréat alors qu’elle en a largement les possibilités, ses premiers pas dans le monde professionnel, ses premiers salaires qu’elle remet en totalité à ses parents, sa passion grandissante pour les mots, l’écriture et le théâtre, son engagement comme cheftaine chez les scouts et ses premiers émois amoureux. Entre sa rencontre avec Eliam, fils de sa collègue de bureau, à son mariage avec Mimi, il s’en sera passé des mois d’attente, de bonheurs, de malheurs, d’espoir et de déception, de regrets et de renoncements, le dernier étant certainement le plus terrible à accepter.

Avec la fraicheur d’écriture dont elle nous a déjà fait une belle démonstration à travers « le rêve de la Grenouille », Elise Fischer poursuit l’évocation de sa jeunesse en terre lorraine. La vie dans cette petite cité ouvrière proche de Nancy, ville où la jeune Lise va aller poursuivre ses études puis travailler, son désir de ne pas avoir le même destin que ses parents sabordé par l’affection irréversible qu’elle leur porte et qui fait qu’elle reste forcément toujours sous leur influence (et en particulier sous celle de sa mère tendrement détestée), son besoin d’évasion qui ne peut se faire que dans le « droit chemin » du mariage, tout nous est confié à mots ouverts sans fioritures ni excès de sensibilité. Au côté de Lise, on traverse cette décennie qui a débouché sur mai 68 et sa révolution estudiantine même si la jeune fille n’y participe que de loin en loin. « Les amours de la Grenouille », une charmante chronique familiale et historique aux douces senteurs désuètes à apprécier en toute simplicité.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 31/10/2015 08:26

Je viens de terminer ce roman que j'ai préféré au précédent "Le rêve de la grenouille". J'ai aimé revivre avec Lise cette époque où j'étais tout petit. Une histoire très intéressante à une époque bien différente de celle dans laquelle nous sommes plongés !

Domie 02/06/2012 03:49


Bonjour Martine, je suis ravie de venir visiter ton blog , que je trouve riche et très agréable


je suis en faite ta swappée (belle de l'été) , et je vois que nous avons un point en commun la lecture , j'adore dévorer les livres ,


A bientot , Bon week-end à toi !


PS: je me suis permise de te tutoyer, c'est mieux pour communqiuer ,

Dolma 30/05/2012 18:24


J'ai adoré le premier , tu me diras comment tu l'as trouver bises Martine