Du côté de chez Swann

Publié le par Martine

Le commentaire de Sylvie sur mon billet d'hier me pousse à faire mon "mea culpa" de flemmardise!!!! Flemme que j'ai eu de ne pas photographier le livre d'Aurore mais tout simplement de chercher la première illustration trouvée sur le Net! :( j'avoue...

Donc, ma chère Sylvie, AUCUNE allusion ni AUCUN lien de cause à effet entre NOTRE Dominique et ce M. Rocheteau (du moins à ma connaissance! ;)

Pour me faire pardonner, j'ai photographié ce matin le roman de ma fille (comme ça vous pouvez AUSSI noter son état! :( et c'est un extrait de la page XXXI (eh oui c'est la préface d'Antoine Compagnon (de qui? je ne le sais pas non plus, Sylvie! :) et cette préface est numérotée en chiffres romains.

 

2013-07-30-09.21.35.jpg

 


Alors, pour Sophie et pour vous toutes et tous, je vous confie page XXXI le passage suivant:

"Ce n'est qu'au printemps de 1913, lors de la correction des épreuves du roman, que Proust eut l'une des idées les plus fortes de son oeuvre : l'invention du personnage de Vinteuil, le musicien imaginaire de la Recherche, ancien professeur de piano des soeurs de la grand-mère dans "Combray" et compositeur de la sonate dans "Un amour de Swann". Jusque-là, le roman avait distingué deux individus : Berget, l'auteur de la sonate, et Vington, un vieux naturaliste de "Combray" martyrisé par sa fille."

 

Au rythme de 50 pages environ par jour (deux jours à l'heure d'aujourd'hui!!!), j'avance doucement mais sûrement dans ma lecture de Du côté de chez Swann, roman qui compte quelque 420 pages!

Je vous laisse le soin de me communiquer la date à laquelle je l'aurai terminé!!! :)

 

mardi sur son 31

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Au 01/08/2013 12:05


Il a voyagé ce bouquin d'où son état haha. 

Martine 02/08/2013 10:53






Bisous, ma fifille!!!



Pahi 31/07/2013 14:37


Il y a des livres que l'on ne peut pas lire vite si l'on veut en retirer toutes les subtilités.


Ainsi, chère Martine, "Freedom" est un livre formidable et c'est avec plaisir que j'en poursuis tranquillement la lecture. Malgré un vocabulaire parfois inattendu pour moi, je ne le considère pas
comme vulgaire (comme certains critiques le prétendent). Bien au contraire, les mots employés ont toute leur signification et permettent de mieux cerner chaque personnage. J'aime les livres qui
mettent en exergue l'aspect psychologique d'une "histoire".


Gros bisous et bon après-midi.

Martine 01/08/2013 11:49



Merci Denise. Je suis ravie que tu apprécies ce roman "pas si facile" en effet! Moi, je me partage entre Marcel Proust et Gilbert Bordes, ça me permet de "m'alléger"
un peu!!! :)


Je t'embrasse et te souhaite une belle journée!



Annie 31/07/2013 09:07


Bonne lecture! :)

Martine 01/08/2013 11:47



Merci!