Après la nuit vient l'aube

Publié le par Martine

Tout commence dans ce roman de Katia Valère, paru dans la collection France de toujours et d'aujourd'hui des éditions Calmann-Lévy, par la voix d'Anna, dernière des cinq filles de Béatrice et Arthur Rubin, propriétaires terriens installés en Franche-Comté.

 

Après la nuit vient l'aube


Très vite Anna nous confie être également la petite-fille de Gabrielle Rubin et du docteur Hubert Richard.

Et commence l'histoire de cette famille Rubin, notable à Pont-à-Mousson en 1920 au moment de l'accident qui coûte la vie au Colonel Louis Rubin, époux de Gabrielle. Si les deux fils aînés, Evrard et Arthur, sont bien présents pour soutenir leur mère dans cette terrible épreuve, il n'en est pas de même pour Jean, le benjamin, installé en Indochine suite à son mariage réprouvé par sa famille.

Contrainte de venir vivre à Amancourt pour conserver un certain niveau de vie, Gabrielle sombre peu à peu dans une certaine mélancolie qui la pousse à vouloir mettre fin à ses jours. Sauvée in-extrémis par le docteur Richard, une douce amitié va alors réunir les deux voisins. Amitié encore renforcée par l'amour que se voue très vite Arthur, fils cadet de Gabrielle, et Béatrice, fille cadette du docteur Richard.

L'histoire pourrait s'arrêter là. Mais le talent d'écriture de Katia Valère n'en fait rien. Car, à côté, de ce beau couple d'amoureux et bientôt parents d'une grande et belle famille, évoluent aussi Evrard, frère aîné d'Arthur, au service de l'Etat et qui refuse toute sorte d'engagement, Jean, petit frère d'Arthur qui va rentrer d'Indochine fraichement divorcé et dans un triste état, Clémence, soeur aînée de Béatrice et douce rêveuse à la volonté de fer, et Rachel, rencontrée par Evrard lorsque, lui aussi, devra se rendre en Indochine...

Tout ce petit monde évolue dans un cocon rempli d'amour, d'affection, de respect, de tendresse, chacun à sa façon et avec sa force de caractère.

Commencée par la voix d'Anna, c'est aussi avec elle que nous terminons cette lecture ô combien émouvante alors qu'en sourdine gronde le bruit des bottes, prémices de la deuxième guerre mondiale.

J'ai aimé cette histoire pour la simplicité des émotions et des sentiments qu'elle évoque. Cette famille reste unie malgré les coups du sort qui pourraient la mettre à terre. Touchée au coeur par deux drames successifs, Gabrielle, la bien nommée, fait montre d'une attention sans pareille à l'égard de ses fils et de ses proches. Si elle a le malheur de flancher (ce qui au vu de l'histoire parait bien normal), elle a aussi le bon goût de penser aux siens et d'affronter son destin avec une belle générosité.

L'écriture sensible de Katia Valère nous prend et nous accroche à ses personnages de très grandes qualités humaines. Et c'est presque dommage de devoir refermer ce livre tellement on aurait envie de poursuivre un peu la route à leurs côtés...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 24/02/2014 13:11


Il y a des romans trop courts....

Martine 24/02/2014 18:23



Hélas, oui Alex! :) Bises



Binchy 22/02/2014 16:40


Un roman qui doit être en effet très intéressant.


Je te souhaite un agréable week-end Martine.


GROS BISOUS.


Bernadette.

Martine 23/02/2014 10:36



Il l'est, oui! J'ai beaucoup apprécié cette lecture!


Bon dimanche, Bernadette!


Gros bisous



nicolbrod39 22/02/2014 11:46


un roman qui paraît bien intéressant, merci du résumé ! bon WE, amitiés, bises

Martine 23/02/2014 10:35



Un roman que j'ai beaucoup apprécié, oui! Merci pour ta visite, Nicole! Bon dimanche! Bises