Les enfants d'Elisabeth

Publié le par Martine Galati

Un roman magnifique qui nous porte bien souvent les larmes aux yeux que l’histoire vraie d’Elisabeth Eidenbenz. Dans ce livre «les enfants d’Elisabeth» publié aux Presses de la Cité collection Terres de France, Hélène Legrais nous fait découvrir le destin bouleversant de milliers d’espagnols républicains fuyant les troupes nationalistes de Franco qui bénéficiait alors du soutien de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste. Passant la frontière des Pyrénées Orientales à leurs risques et périls, ils pensent trouver en France, le pays des Droits de l’Homme, un refuge bienvenu qu’ils se voient refuser. Parqués dans des camps aux côtés des soldats vaincus, leur misère est grande. Certaines femmes sont enceintes et craignent de ne pouvoir donner la vie à leur enfant à naître.

C’est alors qu’intervient Elisabeth Eidenbenz, comme une lueur d’espoir et de possibles. Jeune volontaire suisse et sous le couvert du Secours Suisse aux Enfants, elle est une des premières à refuser le sort de ces familles décimées. Contre l’avis général, elle organise une maternité à Elne au sud de Perpignan pour permettre aux futures mères d’accoucher dans des conditions d’hygiène plus décentes. Sans cesse pendant cinq ans, Elisabeth va mettre son immense générosité de cœur au service de tous ces démunis, voués à une mort certaine définie par cette seconde guerre mondiale et ses atrocités. Jour après jour, mois après mois, cette fille de pasteur parcourt les camps d’Argelès, Saint Cyprien, Le Barcarès, Rivesaltes, pour en sortir les femmes enceintes espagnoles, juives, tsiganes et leur offrir quelques instants de paix et de bonheur le temps d’une naissance.

J’ai particulièrement apprécié cette histoire vraie contée à Hélène Legrais par Elisabeth elle-même et aussi par des femmes qu’elle a aidé à accoucher. Ce roman est le portrait étonnant et bouleversant d’une femme courageuse et généreuse qui n’a pas craint de mettre sa vie en péril pour en sauver d’autres, des centaines d’autres. Quelques six cents enfants ont pu voir le jour entre 1939 et 1945 grâce à son dévouement exemplaire. C’est une belle histoire à découvrir dans toute sa simplicité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bool 23/03/2007 14:21

Moi aussi je retournerais bien au lit Martine ;-)Apparemment ça devrait aller mieux à partir de dimanche, ouf !!Gros bisous,Bool

sandrine VACHON 22/03/2007 21:43

Je n'arrive plus à trouver le temps de lire. Le soir, quand je me couche, mes yeux se ferment et pourtant ça donne envie. bises