Evadé du Vel d'Hiv

Publié le par Martine Galati

Bouleversée par le roman de Tatiana de Rosnay (lire ci-dessous), j'ai eu envie? besoin? d'en savoir davantage sur cette triste période et me suis plongée littéralement dans ce récit autobiographique de Gabriel Wachmann écrit en collaboration avec l'auteur Daniel Goldenberg et publié aux éditions Calmann-Lévy.

Gabriel Wachmann avait tout juste 14 ans au 16 juillet 1942 lorsque les juifs de Paris ont été raflés par la police française et transférés par bus au Vélodrome d'Hiver dans le XVème arrondissement.

Juifs polonais récemment arrivés en France, Gabriel et sa famille tentaient difficilement de survivre dans Paris occupé en arborant cette étoile jaune qui les privaient de leur dignité mais pas encore de leur vie. Arrêtés comme tant d'autres ce matin-là, Gabriel ne pouvait pas savoir que le Vel d'Hiv serait pour sa famille le premier pas vers la douloureuse route des camps d'extermination. Très vite l'horreur est au rendez-vous. 13 000 personnes sont entassées dans ce stade sans sanitaires suffisants, sans eau ni nourriture et aucun espace où trouver un semblant d'intimité ou pouvoir seulement dormir un peu. Des bébés, des enfants, des personnes âgées commencent à mourir de soif, de faim.

Les heures, les jours passent. L'idée d'une mort certaine commence à s'imposer dans les esprits. Beaucoup se découragent, acceptant l'inéluctable. Mais pas le jeune Gabriel qui n'a de cesse de chercher un moyen pour s'échapper et finit par y parvenir, entraînant sa soeur dans sa fuite.

Un des rares internés du Vel d'Hiv à avoir survécu, Gabriel Wachmann livre ici un témoignage poignant, dur et bien souvent aux limites du supportable.
Mais je pense qu'il est de notre devoir de connaître notre Histoire dans ce qu'elle a de plus beau mais aussi dans toute sa réalité. Ce récit nous y aide et nous fait réfléchir. On pense alors à nos enfants et on se surprend à prier pour qu'ils ne soient jamais confrontés à tant de laideur humaine.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article