Le bonheur à l'italienne

Publié le par Martine

Début juillet, je me suis laissée tenter par le sympathique challenge lancé par Fashion "les Harlequinades 2009". Derrière ce nom à haute consonance littéraire, se cachait le pari insensé d'oser lire un roman du célèbre éditeur Harlequin et en faire le compte-rendu sur son blog.
Parce que le ridicule ne tue pas et que je suis toujours partante pour rire un bon coup, j'ai souhaité participé et j'ai donc lu "Le bonheur à l'italienne" de Lucy Gordon paru dans la collection Horizon et évidemment fait pour moi!
Angel Clannan est en plein divorce d'un riche américain, Joe, qui, comme cadeau de rupture, vient d'offrir à la jeune femme la jolie maison stylisée et située sur une immense propriété de citronniers à l'abri d'une île immergée au large de l'Italie que sa très jeune et nouvelle maîtresse vient de refuser avec dédain.
Angel ou plutôt Angela de son vrai prénom qu'elle avait américanisée pour plaire à son cher mari croit pouvoir trouver sur cette île le bonheur et la paix auxquels elle aspire fortement. Mais c'est compter sans la présence de Vittorio Tazzini son arrogant voisin, beaucoup trop séduisant pour être honnête!
Dès leur première rencontre, dans la chambre de la jeune femme qui est, en fait, l'ancienne chambre de Vittorio, les relations entre eux s'avèrent des plus électriques, voire explosives même! Et pour cause! Vittorio est l'ancien propriétaire des lieux qui a été contraint de vendre à un prix dérisoire pour éponger les dettes d'un ami. C'est dire s'il encaisse mal de ne plus pouvoir profiter pleinement de son splendide domaine et l'exploiter comme il l'entend. La pilule, si je puis dire, est d'autant plus dure à avaler que cette propriété lui a été "arrachée" au profit d'une pimbêche idiote et incapable de quoi que ce soit. Du moins c'est ce qu'il s'obstine à vouloir penser!... Car, de quiproquos en méprises, d'accrochages verbaux en rapprochements involontaires, il apparaît de plus en plus évident que les deux jeunes gens sont faits pour s'entendre. Du moins ça l'est pour nous, mais pas pour eux. Eux, les pauvres, autant elle que lui, ils ne comprennent pourquoi ils ont autant de mal à se parler sans que leurs discussions, ou même, leurs disputes, ne se terminent invariablement par un fougueux baiser. Et ce n'est pas l'arrivée tant attendue de Sam, le grand-père d'Angéla sur lequel elle s'est engagée à toujours veiller, qui va arranger leur affaire. D'abord, lorsqu'elle parle de Sam, Angéla ne juge pas utile de préciser qui il est. Ce qui, bien sûr, laisse la voie ouverte à toutes les suppositions dont Vittorio ne se prive pas! Ensuite, ayant engagé le jeune homme comme jardinier et homme à tout faire sur la propriété, Angéla commet bévue sur bévue dans ses préparatifs pour accueillir son grand-père âgé et malade dans les meilleurs conditions possibles. Elle ne sait pas, elle, que Vittorio la couve des yeux dès qu'elle a le dos tourné. Et lui, pauvre gars, il n'entend pas les soupirs énamourés qui empêchent quasiment Angéla de respirer en sa présence, et même quand il n'est pas là!
Mais nous, lecteurs ET lectrices attentives, on devine tout, malins que nous sommes et on peut même parier, sans craindre de perdre, que ces deux-là vont finir leurs vies ensemble! Et avec la complicité de Sam, en plus!!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie-Helene a Madrid 07/09/2009 09:40

A 10h00, un ami nous amène à l'aéroport et j'ai le temps de te dire que franchement, c'est pas sympa de ta part de me laisser avec l'intrigue !!! Tu dis que tu CROIS qu'il finiront ensemble avec l'aide Sam mais tu ne l'affirmes pas !!!!! C'est pas sympa Martine de me laisser partir en Chine avec le coeur broyé !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!Ah Ah AHGros bisous et au plaisir de te retrouver dans deux semaines, chez toi ou chez moi

Martine 07/09/2009 19:52


Trop tard pourte faire de gros bisous de bon voyage alors?!! Mais le coeur y est, Marie-Hélène!


clau 06/09/2009 16:26

j'adore les romans......bz

Martine 06/09/2009 20:03


Bonne fin de dimanche, Clau! Bizzz


choupynette 06/09/2009 11:45

ah, toi aussi tu as cédé aux sirènes d'harlequin! :) moi j'ai peiné sur la série Blanche, une véritable horreur!

Martine 06/09/2009 20:03


Ma pov' dame! Si vous saviez! ;o)))


Anne 06/09/2009 11:22

Passionnante cette histoire!

Martine 06/09/2009 20:02


N'est-ce pas, Anne?!! ;o)


AG 06/09/2009 09:49

Buon giorno, Martina !Come stai ? ITALIA, ITALIA  ... non so perchè ... ma quando si parla d'ITALIA ... il mio cuore fa ... boum, boum ...Buona giornata a tutti.  Un bacione a te.  Agnese (AG)

Martine 06/09/2009 20:01


Il tuo cuore posse fare anche "tra la la! " Cara Agnese! ;o)))
Baci