La première marche

Publié le par Martine

Il est des livres qu'on ne peut refermer tant qu'on n'est pas arrivé à la dernière page et qu'on referme en ayant le sentimrent unique d'avoir partagé quelque chose de beau.
C'est ce qui vient de m'arriver avec cette "première marche" d'Isabelle Minière parue au Dilettante. Et j'en suis encore sous le charme...
Elle, c'est "la Petite". Elle a pris l'habitude de s'assoir chaque fin de journée sur une des marches de l'escalier de sa maison pour penser, réfléchir à tous ces petits riens et ces grands touts qui ponctuent ses journées.
Parfois ce sont les gestes d'affection, trop rares, de sa mère qui lui causent un immense bonheur. A d'autres moments, et ils sont nombreux, ce sont les commentaires aigris ou les réflexions acides, qui la concernent directement et que lui lance sa génitrice, qui l'interpellent et la font s'interroger gravement sur le sens de la vie.
Quand tout va bien, la Petite s'assoit sur la première marche pour être prête quand sa mère appellera pour demander de l'aide pour dresser la table du repas du soir. C'est qu'elle a tellement envie de lui plaire à cette mère imposante, tant par sa taille que par son autorité. Quand son attitude a déplu, à tort ou à raison, et qu'elle ne comprend pas pourquoi, elle change de marche et s'installe plus ou moins haut dans l'escalier pour fuir ou, pour le moins, se mettre en retrait et ne plus entendre.
Il faut dire qu'entre un père absent trop absorbé par son travail, un petit frère envahissant qui attire tous les regards et une mère vraiment mal à l'aise dans sa vie de femme au foyer et qui reporte toute cette insatisfaction sur sa fille, la vie de la Petite n'est pas très heureuse et ses silences en disent long sur cet état de fait. Jusqu'au jour où... bien sûr, l'espoir renaît pour elle comme pour nous, lecteurs. Un merveilleux souffle d'espoir comme la flamme d'une bougie vacillante certes, mais surtout résolument tournée vers le meilleur, qui ne peut que venir. Forcément...
Ce texte d'Isabelle Minière est époustouflant de fraîcheur et de beauté. En courts chapitres correspondant à autant de journées dans la vie de la Petite, l'auteur nous dresse le portrait de cette enfant solitaire et silencieuse qui, malgré son jeune âge, a déjà compris beaucoup de choses sur les vicissitudes de la vie et n'en espère pas moins en des jours meilleurs, des jours heureux où sa mère, enfin, sera fière d'elle et la reconnaîtra pleinement comme sa fille.
L'écriture est alerte, tendre, dure parfois, mais sonne tellement vrai qu'on ne peut qu'entrer en empathie totale avec cette enfant. On se plait à l'imaginer là, assise sur sa marche d'escalier et, effectivement, elle y est. Elle nous attend et, avec elle, on va les monter ces fameuses marches. Pour voir...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

clau 05/09/2009 10:00

beau récit....bon weekend bz

Arlette 04/09/2009 22:21

Ton article donne envie de s'aaseoir sur une marche à côté d'elle ,l'entourer d'un bras protecteur et de lui parler doucement d'amour et surtout l'écouter ! Je le note en priorité ! Bisesssssssssss

Martine 06/09/2009 19:57


C'est exactement ça, Arlette! Bonne future lecture!