Dépendances

Publié le par Martine Galati

Peut-on arriver à survivre après avoir connu l’horreur de l’holocauste? Nous arrive-t-il malgré nous de transmettre une certaine idée ou un esprit de violence à nos enfants? Quelle place laisse-t-on dans sa vie quotidienne à la culpabilité? Ces interrogations auxquelles chacun apportera ses réponses personnelles, l’ouvrage de Kaylie Jones «Dépendances» publié aux éditions Belfond nous les pose sans brutalité mais au contraire avec un certain réalisme. Ce roman nous fait faire la connaissance de Clara. Agée de 36 ans, fille de Viktor Sverdlow, un survivant d’Auschwitz, cette jeune femme est installée à New York où elle dirige un centre d’accueil pour femmes battues. Tous les jours elle se trouve confrontée à la pauvreté affective et à la violence et doit, en plus, faire face à sa propre histoire pour le moins douloureuse. Désarmée face à tant de misère humaine, elle se laisse sombrer dans les paradis artificiels que sont les drogues et l’alcool. Décidée malgré tout à réagir et à sauver ce qu’elle peut encore de sa vie, Clara entreprend une cure de désintoxication et tombe folle amoureuse de Mark qu’elle considère un peu comme «son sauveur.» Alors, l’amour peut-il nous aider à tout surmonter? Pas vraiment. Surtout quand des zones d’ombre et des non-dits subsistent entre les deux partenaires comme cela s’avère être le cas entre Clara et Mark. En effet si la jeune femme n’a pas vraiment coupé les ponts avec son premier amour, Niko qui l’a initiée aux paradis artificiels, Mark de son côté a caché à Clara qu’il avait encore des comptes à rendre à la justice. Il apparaît difficile alors d’entamer une nouvelle vie commune avec un tel passé derrière soi. D’autant plus que celui-ci va se révéler aux deux jeunes gens avec autant de brutalité qu’ils ont pris de précaution à le cacher.

J’ai apprécié ce roman de Kaylie Jones pour ce qu’il dégage d’émotion et de recherche personnelle avec cette petite pointe d’humour et d’autodérision qui créent toute la différence chez l’être humain. C’est un roman très actuel et proche de son lectorat.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article