Moi sauvage

Publié le par Martine

Léa est une jeune lycéenne dont les résultats scolaires ne sont pas ceux que ses parents souhaitent pour elle, tout au moins ceux que sa mère rêve de lui voir obtenir. C'est bien pourquoi elle vient de l'inscrire dans un nouveau lycée, privé, qui n'accueille que des fils et des filles à papa "super friqués". Un gros bouleversement pour Léa, fille d'ouvriers habitant la banlieue parisienne et dont la meilleure amie est une jeune maghrébine.
Freinant déjà des deux pieds le jour de la rentrée, elle perd très vite ses moyens quand Vincent, jeune homme qui, selon elle, est habillé avec des vêtements à "mille Euros minimum", s'intéresse à elle et qu'elle-même répond à ce doux appel.
Pire! Le sentiment d'"être coupée en deux" entre sa vie de banlieusarde habituée à détester cordialement "les bourges" et son amour naissant pour Vincent, s'aggrave encore lorsque son père vient l'attendre à la gare lors de son premier retour chez elle.
La honte qui l'étreint alors devient tellement insupportable que Léa ne trouve son salut que dans la fuite. Et c'est à Marseille au bord de la mer qu'elle peut enfin tenter d'analyser toute cette confusion qui l'habite en fait depuis bien plus longtemps qu'elle ne le pensait. Une réflexion qui va lui permettre de se rencontrer enfin.
Mais que c'est difficile de grandir!
J'ai énormément apprécié cette lecture d'Isabelle Rossignol parue dans la collection Medium de L'école des loisirs (collection pour laquelle j'ai déjà un faible habituellement) par son sujet d'abord et par la façon dont il est traité ensuite.
La recherche d'identité, la construction de la personnalité sont abordés ici sous l'angle social. D'un côté les "nantis", de l'autre les "pauvres". Et forcément les deux ne peuvent pas se rencontrer et encore moins vivre ensemble. C'est du moins ce dont est persuadée Léa. Aussi elle est complètement perdue lorsqu'elle se rend compte que ceux qu'elle appelle "les bourges" sont finalement des personnes sympathiques, avec qui elle peut devenir amie, voire plus, et que d'un point de vue culturel, elle n'a rien à leur envier!
Pour elle, cette "différence de classes sociales" pourrait vite s'aplanir si ses parents, et surtout son père, ne la confrontaient pas brutalement à ce qu'elle pense être, à tord, une faiblesse paternelle. Pour trouver son équilibre, la jeune fille va donc devoir retrouver ses racines familiales, reconnaître son père pour ce qu'il est, l'accepter et admettre également ses propres faiblesses et ses erreurs.
Une belle leçon de vie et une analyse d'une justesse remarquable.

Publié dans lectures jeunesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nicolbrod39 24/06/2009 13:55

un beau livre, sûrement ! nous étions à Tournon, mardi soir et ce dernier dimanche ...

Martine 24/06/2009 17:25


@ Nicole: A Tournon?!!! et tu me dis ça comme ça!!! Grrrrr! Je t'embrasse quand même, va! ;o)


Arlette 20/06/2009 20:39

je n'hésite pas une seconde pour le noter !

Martine 21/06/2009 10:54


@ Arlette: Alors bonne lecture et bon dimanche!