Une soirée avec...

Publié le par Martine

La semaine dernière nous a offert quatre jours de congés fort bienvenus. Certes...
Mais "les semaines se suivent et ne se ressemblent pas", c'est bien dommage!
Tandis que je me demande comment je vais arriver à tout gérer d'ici vendredi, je vous propose une soirée de détente avec mon cher "Gigi" qui a bercé l'enfance de mes Titis!...


Je vais vous raconter
Avant de vous quitter
L'histoire d'un p'tit village près de Napoli
Nous étions quatre amis
Au bal tous les samedis
A jouer, à chanter toute la nuit
Giorgio à la guitare
Sandro à la mandoline
Moi je dansais en frappant du tambourin
Mais tous ceux qui venaient
C'etait pour écouter
Celui qui faisait battre tous les coeurs
Et quand il arrivait
La foule s'écriait

Arriva, Gigi l'Amoroso
Croqueur d'amour, l'oeil de velours comme une caresse
Gigi l'Amoroso
Toujours vainqueur, parfois sans coeur
Mais jamais sans tendresse
Partout, c'était la fête quand il chantait
Zaza, luna caprese o sole mio

Gigi Giuseppe
Mais tout le monde l'appelait Gigi l'Amour
Et les femmes étaient folles de lui, toutes
La femme du boulanger, qui fermait sa boutique tous les mardis pour aller...
La femme du notaire qui était une sainte et qui n'avait jamais tromper son
mari auparavant
Et la veuve du colonel
La veuve du colonel qui ne porta plus le deuil parce qu'il n'aimait pas le
noir
Toutes, je vous dis
Même moi, mais moi, Gigi aimait trop sa liberté, jusqu'au jour où

Une riche américaine
A grands coups de je t'aime
Lui proposa d'aller jusqu'à Hollywood
Tu seras le plus beau
De tous les Caruzos
Lui disait-elle jusqu'à en perdre haleine
Nous voilà à la gare
Avec tous nos mouchoirs
Le coeur serré, émus par ce grand depart
Pourtant on était fier
Qu'il dépasse nos frontieres
Gigi partait conquérir l'Amérique
Et quand il arriva
Le village etait là

Arriva, Gigi l'Amoroso
Croqueur d'amour, l'oeil de velours comme une caresse
Gigi l'Amoroso
Toujours vainqueur, parfois sans coeur
Mais jamais sans tendresse
Et là, devant la foule, il a chante
Zaza, luna caprese, o sole mio

Gigi, quand le train eut disparu, nous sommes tous rentrés chez nous
Et le lendemain, le village n'était plus le même
La femme du boulanger refusa d'allumer son four
La femme du notaire par désespoir pris plusieurs amants
Et la veuve du colonel ferma ses persiennes et reprit le deuil pour la
seconde fois
Oui, le village avait bien changé
Et moi

Les années ont passé
Cinq hivers, cinq étés
"No news", c'était "good news" on nous avait dit
Il a fallu du temps
Du courage et du temps
Pour arriver à continuer sans lui
Et malgré son absence
La nuit dans le silence
En pliant nos costumes et nos instruments
On entendait venir
Comme une larme un soupir
Du fond de la salle cette mélodie

Croqueur d'amour, l'oeil de velours comme une caresse

Gigi, Gigi, c'est toi là-bas dans le noir
Attends, laisse-moi te regarder
Mais tu pleures
Tu pleures Gigi
Ca n'a pas été là-bas, hein
Et alors, et alors qu'est ce qu'ils comprennent ces Américains à part le rock
et le twist, hein
Ma Gigi, qu'est-ce que tu croyais, devenir comme ça Gigi l'Americano
E invece no, tu sei Giuseppe Frabrizio Luca Santini
Et tu es Nappolitain
Ecoute, Giorgio s'est mis à la guitare
Attends, Sandro est là aussi
Mais, mais tu ne peux pas t'en aller comme ça
Ici tu es chez toi
Ici tu es le roi
Tu entends, tu les entends Gigi
Ils sont tous là
Ils ont du te reconnaitre à la gare
Chante Gigi, chante, c'est ton public
Chante pour eux, chante pour moi qui n'ai jamais su te parler
Oui, vas-y, bravo Gigi, chante

Arriva, Gigi l'Amoroso
Croqueur d'amour, l'oeil de velours comme une caresse
Gigi l'Amoroso
Toujours vainqueur, parfois sans coeur
Mais jamais sans tendresse
Partout, c'était la fête quand il chantait
Zaza, luna caprese, o sole mio
Arriva, Gigi l'Amoroso
Croqueur d'amour, l'oeil de velours comme une caresse...

Vous êtes toujours là?
Bravo!
Vous êtes formidables!

Publié dans Poésies et chansons

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

anjelica 07/06/2009 20:47

j'aime beaucoup cette chanson

bourdon 28/05/2009 21:49

Courage, Martine ! Je suis moi aussi débordée mais relire les paroles de Gigi l'Amoroso m'a fait du bien. Merci pour ce petit intermède !Françoise

Patou 28/05/2009 20:23

Eh bien bon courage pour tout gérer et merci pour ce texte que j'aime bcpbisous

clau 28/05/2009 18:00

Et oui, toujours là!!!tu as eu des triplés??? bz

Harmonia 28/05/2009 17:30

Oui, je suis toujours là ! Je butine de blog en blog, afin de découvrir de nouveaux amis(es) blogueurs, il est utile de temps en temps d'ouvrir les "fenêtres"...Harmonia