L'amour est à la lettre A

Publié le par Martine

Me revoilà avec un roman tendre et doux comme un lever de soleil et prometteur de ses plus belles perspectives...
"L'amour est à la lettre A" de Paola Calvetti paru aux Presses de la Cité nous relate une histoire d'amour comme on rêve toutes d'en connaître une un jour!
D'abord parce que cette histoire se déroule essentiellement en Italie, pays qui concentre le plus grand nombre de villes romantiques, et un peu à New-York!
Puis parce qu'il
intervient dans le monde des livres et, là, désolée, mais moi je craque!
Et enfin parce qu'à l'heure d'Internet et des moyens de communication hyper développés, nos deux protagonistes vont préférer utiliser notre bon vieux courrier traditionnel. Quel plus grand plaisir en effet que de trouver, dans sa boîte aux lettres, une lettre qui ne ressemble en rien à une quelconque facture, de la humer, de la décacheter et d'en apprécier chaque mot comme autant de messages d'amour.
Emma est une jeune femme fraichement divorcée qui vit à Milan et décide, un peu sur un coup de tête ou un peu comme on se jette à l'eau quand on sait qu'on n'a plus rien à perdre, d'ouvrir une librairie de quartier et ainsi de réaliser un vieux rêve.
Sa spécialité : ne proposer à ses lecteurs que des livres qui parlent d'amour et uniquement. Et c'est justement par l'intermédiaire d'un de ces livres qu'elle va renouer avec son amour de jeunesse, Federico. Alors qu'ils ne se sont pas vus depuis plus de trente ans, les retrouvailles se passent merveilleusement, comme s'ils ne s'étaient jamais quittés en fait.
Mais, car bien sûr au milieu de tout ce petit monde peuplé de rose il y a un "mais", Federico vit et travaille à New-York où il est architecte et... marié!
Qu'à cela ne tienne, trop heureux de s'être retrouvés, les deux anciens amoureux vont revivre leur amour à distance et dans le plus grand secret par l'intermédiaire de leurs deux boîtes postales dont ils sont les seuls à connaître l'existence.
Commence alors une relation épistolaire des plus savoureuses où l'on peut suivre les allées et venues de nos deux tourtereaux d'une autre époque , leurs attentes comme leurs désillusions, leurs espoirs et leurs tracas, tout ce qui fait le sel de la vie et qu'ils partagent par l'unique magie des mots, de leurs mots.
Voilà un roman comme je n'en avais pas lu de semblable depuis bien longtemps. Malgré les apparences, et malgré son sujet, il ne tombe pas dans le piège de la mièvrerie ni d'une sensiblerie extrême. Au contraire, l'auteur s'amuse avec ses personnages et cultive notre intérêt page après page avec talent et une écriture remarquable. Sans doute la traduction de Françoise Brun y est-elle également pour quelque chose. Mais le charme de l'Italie, son accent chantant, sa jovialité contribuent aussi pour beaucoup à la qualité littéraire de ce roman.
Je remercie bien sincèrement Suzanne de Chez les filles et les Presses de la Cité pour le bonheur de lecture qu'elles m'ont offert!...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

AG 25/05/2009 07:41

C'est fou, Martine, comme tu me donnes envie de lire.Mais quand on parle d'Italie, moi je craque. Et que dire des Italiens, hein, ?????? Un grand bonjour de ma part à Françoise Bourdon. Quelle chance tu as de la rencontrer.A bientôt. Big bisous.   AG 

clau 24/05/2009 20:11

merci, je le note pour les vacances dans mon transat....bz bz