Petits arrangements avec l'infâme

Publié le

Petits-arrangements.jpgJ'ai envie de vous parler ce soir du second roman de Patricia Parry. Comme vous le savez peut-être, ça n'allait pas très fort pour moi ces derniers jours. J'avais commencé à lire le roman de Patricia et je l'ai posé, n'arrivant pas à y entrer comme je l'aurais tellement voulu. Et puis mercredi, Vanessa en a écrit une superbe critique sur son blog. Titillée à nouveau par l'envie de lire, je n'ai pu que m'y remettre et l'apprécier alors à sa juste valeur, c'est à dire sans aucune modération!
A Toulouse, amnésique et complètement halluciné, Khaled Addad est accusé d’avoir égorgé sa sœur. Conduit aux urgences par la gendarmerie, le docteur Antoine Le Tellier, psychiatre, l’examine et demande son internement. Mais tandis que la presse bien-pensante fustige un islam fanatisé, la jeunesse des banlieues toulousaines commence sérieusement à s’échauffer. C’est alors que Le Tellier découvre que, depuis six mois, Khaled Addad rêve d’une jeune fille autrefois égorgée… D’incompréhensibles indices s’accumulent. Pour comprendre le mal dont souffre son patient, Le Tellier doit se replonger dans l’histoire du 18ème siècle. Y aurait-il un rapport entre la folie de Khaled et l’affaire Calas qui, en 1762, avait soulevé l’indignation de Voltaire? Le jeune homme est-il coupable, schizophrène, ou tout simplement, comme Jean Calas, victime de l’intolérance et des préjugés? Pour «écraser l’infâme», une intellectuelle très médiatique vole au secours de Le Tellier et tous deux se trouvent alors pris dans une tourmente d’événements heurtant la raison, où les morts se succèdent et les puissances occultes se déploient… Et si tout ceci était la faute à Voltaire?
Quel bonheur vraiment d’avoir lu ce roman. Certes je l'attendais depuis assez longtemps. Car grâce aux mystères des blogs, je connais virtuellement Patricia Parry et je peux dire, sans aucune flagornerie, que c'est une jeune femme d’une grande générosité de cœur et d’âme. Ce roman, pour moi, en est la preuve évidente.
En ouvrant de façon magistrale le cycle des aventures noires du docteur Le Tellier, «Petits arrangements avec l'infâme» publié aux éditions du Seuil nous révèle une grande auteur dont on n'a pas fini de parler. Malgré (ou à cause de peut-être) un sujet assez lourd, l'histoire, ou plutôt la double histoire qui nous est présentée ici, est très agréable à lire. Entre les mésaventures de Khaled Addad jeune musulman accusé du meurtre de sa sœur et celles d'un jeune protestant accusé de la même chose en 1762, il y aurait de quoi s’emmêler un peu les pinceaux. Mais tel n’est jamais le cas. Patricia sait éviter le voyeurisme et les clichés avec brio alors même que cette double histoire met en évidence le fanatisme religieux et l'intolérance toujours d’actualité que ce soit en notre début du 21ème siècle au sein d'une banlieue qui s’enflamme sous l'œil affamé des médias ou en 1762 lors de la célèbre affaire Calas réhabilitée par Voltaire que, pour ma part je ne connaissais pas (l'affaire! pas Voltaire!!!) 
On se surprend à réagir à notre tour au côté du docteur Le Tellier et peut-être bien, qu'au fond, c'est ce que recherche l'auteur... une réaction! 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bool 30/10/2007 09:19

Nocolbrod : non non non ce livre n'est en aucune façon difficile à lire je t'assure !!!Martine : je vois que les critiques sont bonnes, très bonnes :-) Bon j'avoue que ça ne m'étonne pas, son auteur étant une personne de grande qualité comme tu le soulignes.Gros bisous à vous deux,Bool

MarcaTh 29/10/2007 10:05

Ca me semble particulièrement intéressant!Contente de te voir remonter un peu la pente...BisesMarca

Béatrice 29/10/2007 07:23

Chère Martine, je resterai  quasi silencieuse, car très touchée. Parler de l'intolérance de manière accessible me tenait à coeur. En faire un bon polar aussi. Les blogs sont vivants et  s'entremêlent. 

nicolbrod39 28/10/2007 23:14

ce livre ne me semble pas facile à lire ... mais peut-être n'est-ce qu'une impression ? bonne soirée, bonne semaine, avec les enfants en vacances , bises,