Chantage au presbytère

Publié le par Martine

Chantage au presbytère

Première participation au Mois anglais et bonheur de retrouver cette chère Agatha Raisin pour la déjà 13e fois! 

Sans plus aucune nouvelle de son ex-voisin et bientôt ex-mari James Lacey, la fringante Agatha Raisin ne peut que se laisser séduire par le nouveau, et très beau, vicaire de Carsely, Tristan Delon. Très beau et bien conscient de l'être, vaniteux au possible, le nouveau et jeune vicaire est loin de faire l'unanimité, en particulier chez la gente masculine. Car, du côté de ces dames, c'est à qui parlera et passera le plus de temps avec lui. Dans cet état d'esprit, c'est avec plaisir qu'Agatha accepte son invitation à dîner. Une soirée qui va cependant se terminer sur une fausse note qui laisse un sentiment très mitigé chez la quinquagénaire.

Aussi, lorsque, le lendemain, le vicaire est retrouvé mort, assassiné, dans le bureau de l'église de Carsely, tout le village est en émoi. Agatha, dernière personne à l'avoir vu vivant (en dehors du tueur évidemment) est vite mise hors de cause. Mais quand le pasteur Bloxby, mari de la meilleure amie d'Agatha, est soupçonné à cause de son antipathie affichée envers le vicaire, il n'en faut pas plus pour que l'ex-directrice d'une agence de comm londonienne renoue avec son fameux penchant pour la résolution d'enquêtes. Au grand dam de son jeune ami policier, Bill Wong, qui craint toujours pour sa sécurité, de la police bien sûr qui lui reproche de se mêler de ce qui ne la regarde pas et d'entraver les recherches officielles mais au soulagement de Mme Bloxby qui implore Agatha de laver l'honneur de son mari.

Cette nouvelle enquête, Agatha Raisin va la résoudre avec son nouveau voisin, l'écrivain de romans policiers à succès John Armitage, n'hésitant pas pour ce faire à s'inventer de fausses fiançailles, bague au doigt et compagnie. Et si... Et si... Dès lors, même si Agatha n'est pas dupe, tout peut toujours arriver. Ou pas!

Que vous dire de cette nouvelle enquête? Le scénario est toujours aussi bien rôdé. Les rebondissements s'y enchaînent aux situations cocasses et à l'humour so british, Agatha est toujours aussi soupe au lait mais d'une grande et belle générosité et, surtout, malgré son âge, elle continue à croire à l'existence du prince charmant et du sien tout particulièrement. Bref en un mot comme en cent, un très bon moment de lecture encore!

Chantage au presbytère
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

FondantGrignote 05/06/2020 04:16

C'est justement le suivant que je devrai lire !! :-) Après ton billet, j'ai hâte :-)

Martine 05/06/2020 11:16

Bonne lecture! Tu devrais passer un très bon moment :-)

Lou 04/06/2020 11:43

J'avais beaucoup aimé celui-ci ! J'adore Agatha, mais c'est un de mes favoris je pense !

manou 04/06/2020 07:18

Je n'en ai pas lu beaucoup mais j'ai eu du plaisir à le faire. C'est léger, plaisant et tellement British ! Merci pour la présentation de celui-ci

Martine 04/06/2020 11:36

C'est exactement ça et ça fait du bien! Merci Manou! Bonne journée!

Philippe D 03/06/2020 20:47

13 fois ! ce n'est plus de l'amour, c'est de la rage !
Un jour, je lirai le premier, un jour, mais quand? J'ai tant à lire !

Martine 04/06/2020 11:37

Et je n'en suis qu'à la moitié! Il y en a encore autant!!! :-)

eimelle 03/06/2020 20:05

j'ai du plaisir à la retrouver!

Martine 04/06/2020 11:37

N'est-ce pas? ;-)