En mon coeur, ces racines

Publié le par Martine

En mon coeur, ces racines

Je vous ai déjà parlé ici de Valérie Allam, ou plutôt de Louisa Kern nom sous lequel l'écrivain nouvelliste publiait ses textes courts jusqu'à présent. Eh bien c'est maintenant terminé et je viens d'avoir le grand plaisir de lire la première nouvelle publiée sous sa véritable identité chez Ska, éditeur numérique.

Dans une grande ville quelque part, un vieil homme vit misérablement des conseils que son grand âge et sa cécité lui permettent de donner. Son seul plaisir chaque jour, c'est quand Kouakou un jeune garçon d'une dizaine d'années vient le retrouver après l'école. Lui, il ne le fait pas payer pour ce qu'il lui dit. A lui, bien à l'abri de la cabane coquille où l'enfant l'emmène, il se confie et raconte son histoire, celle de son amour inaboutie, son départ forcé, son exil, sa vie d'errances jusqu'à ce lieu. Kouakou l'écoute, lui pose les bonnes questions. La confiance est partagée.

Mais un jour, le jeune garçon ne vient pas. Le vieil homme l'attend, en vain. Les jours passent. Par les quelques informations qu'il recueille, il comprend que l'enfant et sa famille ont dû quitter la ville, repartir au pays. Seul maintenant, l'ancien attend sa fin. 

Et c'est là qu'intervient la voix de celle qu'il a aimée, qui l'aimait aussi, qui l'a recherché durant toute sa vie et qui le rejoint enfin. Trop tard ? 

La première impression que m'a laissé ce texte, c'est sa beauté, sa pureté, sa magnificence. A la fois poétique et vrai. En quelques mots, bien choisis, bien pensés, bien pesés, il dit tout, de la naissance à la mort, de l'origine à l'éternité. Et c'est doux et fort, brûlant et terrifiant. Et c'est beau, magnifiquement beau. Et finalement apaisant.

Cette nouvelle est parue dans la collection NoireSoeur des éditions Ska. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article