Vis ma vie avec un utérus

Publié le par Martine

Vis ma vie avec un utérus

J'avais très envie de lire cet essai écrit par Emmanuelle Friedmann pour les éditions Pygmalion et accompagné des illustrations humoristiques de Marie Crayon.

J'avais très envie de le lire parce que cet ouvrage nous concerne toutes, nous, les femmes, que l'on ait 15, 20, 30, 40, 50 ans ou plus. On a toutes un utérus et on est toutes, à un moment ou à un autre de nos existences, confrontées à cet organe et par extension à celles et ceux qui y ont consacré des études spécifiques afin de nous aider à bien vivre avec, les gynécologues, obstétriciens ou pas.

Et c'est justement de cette relation-là que nous entretient Emmanuelle Friedmann, avec pudeur, avec tact et en toute authenticité et sincérité.

Rempli de témoignages, cet ouvrage se présente en quatre parties : l'adolescence, les premiers désirs amoureux et le début de sa sexualité accompagnés des premières visites chez le gynéco. l'âge adulte et l'envie ou pas d'être mère, le douloureux parcours du combattant de celles pour qui la grossesse ne "vient pas" naturellement. Les "cas particuliers" : couples homosexuels et toutes celles qui veulent "faire un bébé toutes seules" comme l'a chanté en son temps Jean-Jacques Goldman. Et la ménopause.

Chaque situation est analysée, commentée, nous met face à des comportements parfois (souvent) limites de la part de ces médecins qui, pour certains, manquent cruellement de tact et d'analyse psychologique. Et c'est bien ce que relève cet ouvrage. Toutes ces paroles, toutes ces attitudes qui blessent inutilement, qui agressent physiquement les femmes qui, pour les besoins de ces examens, se trouvent déjà dans des positions plus qu'inconfortables.

Je me suis retrouvée dans certains témoignages, davantage peut-être dans ceux exprimés par des futures mères de jumeaux. J'ai eu du mal par procuration avec certains commentaires de gynécologues lus ici et là. Comme quoi même si on n'est pas directement concernées, l'empathie, la solidarité féminine joue toujours.

J'ai apprécié qu'Emmanuelle Friedmann aborde la question de ces femmes qui ne souhaitent pas avoir d'enfant et l'assument même quand leur gynéco fait tout pour les mettre en tort.

Un petit regret, la quatrième partie sur la ménopause est, à mon goût, un peu trop courte quand là aussi il y aurait matière à développer et à remplir de témoignages. Mais cela peut sans doute faire l'objet d'un autre ouvrage.

J'avais très envie de lire cet essai. C'est pourquoi j'ai participé volontiers au petit jeu organisé sur Facebook par Emmanuelle Friedmann et les éditions Pygmalion pour en faire gagner cinq exemplaires. J'ai eu la chance de faire partie des sélectionnées, reçu le livre lundi à midi et l'ai lu dans la foulée. Avec curiosité, intérêt, empathie et en solidarité avec toutes les femmes. 

J'adresse des remerciements sincères à Emmanuelle Friedmann et à sa maison d'édition pour cette lecture très instructive.

Vis ma vie avec un utérus
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article