Point de gravité

Publié le par Martine

Point de gravité

A l'occasion de la réédition du premier roman de Ludovic Joce, Point de gravité, aux éditions du Jasmin, collection Jasmin noir, je partage à nouveau ma chronique publiée le 19 mai 2014. Un avis de lectrice que je ressens toujours pour ce roman très fort, révélateur d'une écriture sensible, âpre et bouleversante. Un thème qui ne peut que nous concerner, tous, et une histoire ô combien difficile et pourtant si vraie.

" Il y a des lectures qui nous laissent sans voix, qui nous prennent à la gorge et nous coupent le souffle. Il nous faut alors un peu de temps pour pouvoir exprimer ce ressenti, si fort qui nous a absorbé sans qu'on y prenne garde.

J'ai lu ce roman, le premier pour l'auteur Ludovic Joce, il y a quelques semaines. Et depuis, j'avais peur. Peur de ne pas arriver à exprimer les émotions qui m'ont traversée à cette lecture. Peur d'en dire trop, ou pas assez, ou mal. Et puis aujourd'hui. Enfin! L'envie de vous dire tout le bien que j'ai pensé de ce roman est la plus forte. Alors... je me lance.

Quand Loïc réapparaît après plusieurs longs mois d'absence, Florianne est là, présente, fidèle. Elle l'attend. Mais à la place de l'adolescente dont il se souvient très bien, c'est une jeune femme qui l'accueille désormais et qui exerce à présent le métier d'éducatrice. Ce même métier que Loïc a choisi d'exercer lui aussi des années plus tôt. Et ce même métier qu'il va devoir très certainement exercer à nouveau auprès de jeunes en difficultés, de jeunes garçons et filles en rupture totale avec la société dans laquelle ils vivent.

Egalement marié et père d'une petite fille, Loïc doit réapprendre à vivre, redécouvrir à quoi ressemble le bonheur avant de pouvoir, à son tour et dans l'esprit qui l'anime, essayer de le partager un peu avec ces jeunes qui ont tant besoin de lui et auprès de qui il doit pouvoir répondre présent sans sortir du strict cadre de son travail.

C'est une belle leçon de vie et d'humilité que nous offre Ludovic Joce avec ce "Point de gravité". Ce point sur le fil mouvant de la vie, qu'il ne faut surtout pas faire avancer trop vite, et qui a pourtant si vite fait de pencher du mauvais côté.

Ce qui m'a réellement touché dans ce roman, c'est l'approche du métier d'éducateur que nous en présente l'auteur. Sans mélo, ni sensiblerie extrême, mais avec juste la pointe de réalité nécessaire. La construction du roman est claire et sans fioriture. Même si tout n'est pas dit, le propos nous est soufflé par petites touches infimes et percutantes. Tout n'est pas dit, et n'a nul besoin de l'être, car tout se comprend très bien. Nul besoin d'être devin en effet pour comprendre la blessure profonde qui a atteint Loïc de plein fouet et de plein coeur, blessure dont il n'a pas encore cicatrisé, loin de là! Nul besoin non plus de faire preuve de beaucoup d'imagination pour deviner les difficultés que son retour à la vraie vie, et à sa vie professionnelle, va susciter, d'autant plus que, là, les choses sont dites. Loïc veut essayer d'améliorer, d'apporter quelque chose en plus à ces enfants et à ces jeunes en mal de vivre.

Au-delà de ce récit d'un homme en souffrance en pleine reconstruction, c'est l'approche d'un métier ô combien difficile que nous fait découvrir Ludovic Joce. Un métier qu'on ne peut pas faire sans y mettre du sien, du coeur, et qui nous ouvre des portes à la fois périlleuses et merveilleuses.

Un roman qui ne nous laisse pas indemne mais qu'il faut lire. Absolument.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pahi 02/08/2018 20:41

Hello Martine !
As-tu réceptionné entretemps "Madame rêve" de Ludovic Joce ? Le livre de nouvelles paru fin juin te plaira aussi. J'attends ta critique... tu fais cela si bien ;-)
Je ne suis sortie de ma pause bloguesque que pour t'écrire ce p'tit message.
Gros bisous et bon repos.

Martine 14/08/2018 16:07

Coucou ma chère Jumelle! Joyeux anniversaire à toi!
Oui, j'ai reçu le recueil de nouvelles "Madame rêve" mais pas encore pris le temps de le lire. Mais cela ne saurait tarder. Tu en as si joliment parlé.
Je t'embrasse

Binchy 27/07/2018 21:30

Je suis entièrement d'accord avec toi Martine, il y a des ouvrages qui ne nous laisse pas indifférents et l'on éprouve des difficultés à faire passer nos ressentis...
Ta chronique dans tous les cas est une réussite et nous donne envie de lire l'ouvrage même si notre PAL déborde...
Je te souhaite un merveilleux week-end et je t'embrasse très fort.
Bernadette.

Martine 28/07/2018 09:26

Merci beaucoup, Bernadette! Ton enthousiasme fait chaud au coeur. Pas toujours facile de trouver les mots justes... Je te souhaite un très bon week-end (de lectures sans doute?!!!) et je t'embrasse très fort!