Per tutti le altre destinazioni

Publié le par Martine

Per tutti le altre destinazioni

En ce 30 avril, dernier jour du mois, il est juste temps de vous parler de la nouvelle d'avril du recueil collectif "Un anno in giallo", paru chez Sellerio editore Palermo, que je lis au fur et à mesure que cette année s'écoule. La nouvelle d'avril est signée Fabio Stassi, titrée "Per tutti le altre destinazioni" (Pour toutes les autres destinations) et nous met en présence du bibliothérapeute Vince Corso.

Jusqu'à présent, le praticien qui soigne par la lecture et la littérature n'a eu affaire qu'à des patientes féminines. Alors quand, par ce jour printanier mais froid d'avril (en témoignent les rares personnes qu'il croise lors de sa promenade hebdomadaire dans les rues de son quartier du Trastevere à Rome en compagnie de son chien Django), il reçoit la visite de Giovanni Durante, septuagénaire veuf et effondré, venu solliciter ses services, Vince Corso est bien ennuyé.

Il faut dire que l'histoire du vieil homme n'est pas banale. Vivant seul depuis la mort de sa femme des suites d'un cancer et loin de leur fils installé à Londres pour raison professionnelle, Giovanni Durante n'a jamais pu se résoudre à se séparer des nombreux livres qui constituaient la bibliothèque de sa chère épouse, gardant ainsi encore un peu de sa présence auprès de lui. Or peut-être aurait-il mieux fait finalement? Car une semaine plus tôt, s'ennuyant trop dans son appartement romain, il s'est décidé à prendre un de ces romans, chers au coeur de sa femme, un roman de Gabriel Garcia Marquez, et y a lu la dédicace suivante "A Chiara, pour notre amour, pour notre secret, pour notre promesse éternelle. S". Et depuis il n'en peut plus de s'interroger. Qui est ce "S"? Quelle histoire a-t-il vécu avec sa femme, Chiara? Et quel est ce secret qui les relie? Ayant fait certains recoupements, notamment de dates, le vieil homme en est presque sûr, ne se pourrait-il pas que "S" soit le véritable père de son fils, celui-ci présentant la particularité d'avoir les yeux bleus, ce qui a toujours perturbé Giovanni, n'y trouvant aucun signe héréditaire tant de son côté que de celui de sa femme.

Cette histoire s'avère bien troublante pour le bibliothérapeute. Comment peut-il alors trouver une lecture apaisante (il n'envisage en aucune façon de "guérir" le septuagénaire de sa mauvaise fortune) à proposer à Giovanni Durante? Et pourtant, de lectures en recherches bibliographiques, faisant grand cas des conseils avisés d'Emiliano, son ami libraire, Vince Corso va trouver une autre explication à cette histoire trop évidente. Une explication un peu "tirée par les cheveux" sans doute mais qui vaut la peine d'être exposée à Giovanni. Ne serait-ce que pour le rassurer et lui enlever tout doute sur sa paternité...

Quand j'ai commencé à lire cette nouvelle, je me suis demandée où voulait nous emmener l'écrivain Fabio Stassi. Si la situation de base m'attirait bien, un bibliothérapeute en "action", je ne voyais pas vraiment où et comment l'histoire du vieil homme pouvait s'orienter et surtout se résoudre. La narration aussi m'a surprise un peu, le fait que les dialogues (et les réflexions de Vince) s'enchaînent les uns aux autres sans la présentation habituelle m'a embrouillée, me perdant parfois à savoir qui parlait à ce moment là lors des entretiens entre le bibliothérapeute et son patient ou entre le libraire et Vince. 

Mais tout ceci ajoute à la qualité de cette nouvelle. Les recherches et les repères bibliographiques, toute la réflexion engagée autour de situations narratives se rapprochant au plus près de celle à laquelle le praticien est confronté sont autant d'atouts qui font de cette nouvelle, une petite perle de littérature qui a tout naturellement sa place dans ce rendez-vous du lundi car c'est vraiment une très "bonne nouvelle" que nous offre ici Fabio Stassi.

 

Per tutti le altre destinazioni
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article